in

Pour trouver de l’eau sur Mars, vous n’avez besoin que d’une pelle

Crédits : NASA / JPL Caltech

La NASA vient de cartographier la distribution de l’eau sur Mars. Des données essentielles pour un futur établissement humain permanent.

Cela n’aura échappé à personne, l’Homme compte s’établir durablement sur Mars. Plusieurs agences publiques ont déjà affiché leurs intentions, comme la NASA ou l’agence spatiale nationale chinoise. Des entreprises privées telles que SpaceX ou Blue Origin auront également un rôle à jouer. Mais Mars n’évolue pas à la même distance que la Lune. Si nous voulons rester sur la planète rouge, il va donc falloir exploiter les ressources in situ, comme l’eau.

Car si Mars est aujourd’hui froide et sèche, ce ne fut pas toujours le cas. Il y a plusieurs milliards d’années, des rivières, des lacs et même des océans tapissaient sa surface, sous une atmosphère plus épaisse permettant un climat tempéré. La planète a depuis perdu une grande partie de son eau, mais il en reste encore sous forme de glace. Au niveau des pôles, principalement, mais également sous la surface.

mars
En 2008, l’atterrisseur Phoenix a capturé des images de glace souterraine. Ces deux images ont été prises à quatre jours d’intervalle. Crédits : NASA

De l’eau à quelques centimètres de profondeur

La NASA, en amont d’une exploration humaine, sait qu’elle va devoir appréhender les réserves d’eau sur la planète. Cette ressource pourra être utilisée pour boire, pour la culture d’aliments ou même pour fabriquer du carburant de fusée (grâce à l’hydrogène). C’est pourquoi l’agence américaine travaille depuis quelques mois à l’élaboration d’une carte détaillant la distribution de l’eau sur la planète.

« Nous continuons à collecter des données sur la glace enfouie sur Mars, ciblant les meilleurs endroits pour que les astronautes puissent atterrir », explique en effet Sylvain Piqueux du Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

Pour dresser cette carte, les chercheurs se sont appuyés sur différents instruments installés sur les satellites Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) et Mars Odyssey, en orbite autour de la planète.

Grâce à ces données, ils se sont aperçus qu’une grande partie de la glace d’eau enfouie sous la surface l’était à quelques centimètres de profondeur seulement. Autrement dit, une fois sur place, les astronautes n’auront pas forcément besoin de machines permettant l’extraction de toute cette eau. Une simple pelle pourrait suffire.

Cette glace d’eau souterraine est également beaucoup plus abondante dans l’hémisphère nord (encadré ci-dessous). Cette information arrange la NASA, dans la mesure où la région est postée à des altitudes plus faibles, en comparaison aux zones plus au sud. Cela signifie que l’atmosphère est ici plus épaisse, ce qui facilitera l’atterrissage des futurs astronautes.

D’après les données recueillies, la région d’Arcadia Planitia se présente comme la cible la plus prometteuse, mais rien n’est encore figé. Les chercheurs vont poursuivre leur enquête pour voir comment la glace évolue sur plusieurs saisons. Son accessibilité et son abondance peuvent en effet changer au fil du temps.

Articles liés :

Et si on envoyait des bactéries sur Mars, avant les humains ?

La mission ExoMars 2020 pourrait trouver des traces de vie sur Mars

D’étranges fluctuations d’oxygène ont été repérées sur Mars