in

Quand des poux parasites remplacent la langue de leur poisson

Crédits : Texas Parks and Wildlife

Il y a quelques jours, le Texas Parks and Wildlife a publié sur Facebook la photo d’un étrange poisson. À l’intérieur de sa gueule se trouvait un parasite connu sous le nom de « pou mangeur de langue ».

Des parasites encombrants

Le pou de langue (Cymothoa exigua) est un crustacé parasite de trois à quatre centimètres de long évoluant dans la gueule des poissons. Les jeunes mâles cherchent tout d’abord un poisson dans lequel s’installer et pénètrent dans ses ouïes où ils vivent parmi les branchies. En grandissant, les mâles se transforment en femelles et se dirigent vers la bouche pour se fixer à la base de la langue où elles se nourrissent de sang.

Le pou grandit et finit alors par remplir quasi complètement la bouche du poisson. Privée de sang, la langue finit par dégénérer. En actionnant ses muscles, le poisson peut faire bouger son parasite qui, de fait, peut alors servir de langue. Il s’agirait apparemment du seul cas connu de parasite remplaçant fonctionnellement l’un des organes de son hôte. Que la nature est bien faite.

Des recherches antérieures soulignent par ailleurs que le parasite ne survit pas ensuite en se nourrissant de la nourriture absorbée par le poisson, mais en consommant plutôt le mucus qui se forme à l’intérieur de la bouche de son hôte. Les femelles s’accouplent alors avec des mâles et libèrent des œufs qui partent à la recherche de nouveaux poissons à parasiter.

Une photo devenue virale

Vous retrouverez ces poux dans le Pacifique, notamment au large de la Californie. Récemment, l’un des employés du Texas Parks and Wildlife a publié sur Facebook une photo de ces poissons uniques pêchés dans le parc. Il s’agit d’un Croaker de l’Atlantique (Micropogonias undulatus), une espèce de marine de poisson à nageoires rayées. Sur l’image, on peut apercevoir le pou remplir complètement la gueule de son hôte.

pou langue poisson
Le pou de langue (Cymothoa exigua) visible à l’intérieur de la gueule de son hôte. Crédits : Galveston Island Sate Park, Texas Parks and Wildlife/Page Facebook

« Le pou mangeur de langue est assez courant chez certaines espèces de poissons comme le maigre (ou courbine), la truite de mer tachetée et quelques espèces de vivaneau« , explique Mark Fisher, directeur scientifique des pêches côtières du parc, interrogé par le média local Ksat. « Ces crustacés isopodes sont liés aux punaises pilules que vous pouvez trouver parfois dans votre jardin« .

Pour les intéressés, des informations détaillées sur ces parasites ont été publiées dans l’International Journal for Parasitology: Parasites and Wildlife en 2014.