in

Il est possible de piloter quatre drones en simultané par la pensée !

Crédits : Capture vidéo

Des chercheurs de l’Université de l’Arizona ont créé un système de pilotage cérébral. Par ce biais, il est possible de contrôler quatre drones, et les chercheurs veulent monter ce chiffre à 100 à l’avenir. Quand bien même le pilotage par la pensée n’est pas une nouveauté, le fait de contrôler plusieurs drones ne s’est encore jamais vu.

La première démonstration de drone piloté par la pensée a été faite par des chercheurs de l’Université du Minnesota, dans le cadre du développement d’un système d’émancipation pour les personnes à mobilité réduite. Il y a également eu l’expérience du Human-Robot Experience Lab de l’Université de Floride. Cette dernière représentait la toute première course de drones contrôlés par l’esprit.

Cependant, les chercheurs de l’Université de l’Arizona ont poussé encore plus loin les recherches. Panagiotis Artemiadis, de l’IRA A.Fulton School of Engineering, déclare :

“Ce que nous cherchons à faire, ici, c’est faire le lien entre les robots et les hommes, et notamment entre plusieurs machines et un homme.”

Les ingénieurs américains ont fabriqué un casque spécial comportant 128 électrodes capables de détecter les signaux du cerveau. L’appareil intègre également des algorithmes précis permettant de se rappeler les signaux neuronaux récurrents, afin de les interpréter.

Selon Panagiotis Artemiadis, c’est grâce à ces “algorithmes très avancés que l’on peut déchiffrer ce que pense une personne, son état d’esprit actuel” et ainsi “contrôler des robots à distance”.

Les électrodes sont connectées à un ordinateur enregistrant l’activité du cerveau. Par exemple, lorsque le pilote pense à une direction en particulier, certaines parties du cerveau se mettent en marche, mais lorsqu’il pense à une direction pour l’ensemble des appareils contrôlés, une zone du cerveau légèrement différente s’active.


“Nous sommes partis de l’idée d’une gestion collective de robots et nous nous sommes rendu compte que le cerveau humain est en fait très concerné par les comportements collectifs”
explique Panagiotis Artemiadis.

Il s’agit d’une découverte cruciale dans le cadre de l’exploration des différentes actions de pilotage et ainsi en déterminer les types (et les variables) afin d’attacher une réponse informatique propre à chaque action. Il suffit donc au pilote de penser à une situation pour qu’elle se réalise, et ce par le biais d’une transmission en Bluetooth.

Les scientifiques désirent aller encore plus loin et optimiser le potentiel de collaboration inter-robots en permettant à des humains de gérer simultanément plusieurs machines. Il s’agit donc ici d’affiner les algorithmes de contrôle et d’interaction entre les robots et les humains.

Ce procédé permet le pilotage de quatre drones au maximum, tandis que la prochaine étape prévoit le contrôle d’une dizaine de drones, et à terme, le but est de permettre la gestion d’une centaine de ces machines. Selon Panagiotis Artemiadis, il est possible d’imaginer que “les drones aériens viennent atterrir sur les modèles terrestres pour se recharger” ou encore “pour transmettre des informations sans en passer par le sans-fil”.

Sources : ZDnetHumanoïdes