in

Dans quelle position les femmes enceintes doivent-elles dormir pour prévenir le risque de mortalité infantile ?

Crédits : iStock

Une équipe de chercheurs dirigée par l’obstétricien Alexander Heazell, du Centre de recherche sur la mortinatalité de Tommy, à l’Université de Manchester, publie aujourd’hui la plus grande étude portant sur la position du sommeil maternel et le risque de mortinatalité.

Perdre un bébé avant sa naissance est un événement tragique, c’est pourquoi la recherche sur les risques potentiels et la prévention de la mortinatalité sont extrêmement importantes. Une étude britannique présente aujourd’hui un lien entre un risque accru de mortinatalité et une position de sommeil commune. L’idée générale : vous devriez, mesdames, dormir sur le côté durant votre dernier trimestre de grossesse. Le risque de mortinatalité serait alors divisé par deux.

Des études à plus petite échelle en Nouvelle-Zélande et en Australie ont déjà montré un lien entre le sommeil latéral et le risque réduit de mortinatalité. Pour approfondir ce lien, des chercheurs de l’Université de Manchester ont étudié un échantillon beaucoup plus large. L’équipe a ici interrogé 1 024 femmes de 41 maternités à travers le Royaume-Uni — 291 d’entre elles ont eu une mortinatalité tard dans la grossesse, et 733 ont donné naissance un bébé né vivant et en bonne santé. En étudiant les habitudes de sommeil, les chercheurs ont alors isolé le fait que dormir sur le dos, plutôt qu’en position latérale, était associé à un risque accru de mortinatalité 2,3 fois plus important.

« Nous ne pouvons pas contrôler la position dans laquelle on se réveille, mais nous pouvons choisir la position dans laquelle on s’endort », note Alexander Heazell, principal auteur de cette étude. Environ une grossesse sur 225 au Royaume-Uni se termine par une mortinatalité, explique le site BBC News, et les auteurs de ces travaux estiment que près de 130 bébés par an pourraient être sauvés en incitant les femmes enceintes à dormir sur le côté pendant le dernier trimestre.

Les causes exactes du lien entre cette position et les risques de mortalité infantile sont encore mal comprises, mais certaines recherches suggèrent que le fait de s’allonger sur le dos amène inévitablement le poids du bébé et de l’utérus à exercer une pression sur les vaisseaux sanguins, limitant ainsi le débit de sang et d’oxygène fourni au bébé. Quelques conseils de l’obstétricien : n’hésitez pas placer un oreiller derrière votre dos pour encourager le sommeil latéral. Si vous vous réveillez pendant la nuit, vérifiez votre position et revenez en position latérale. Enfin, portez la même attention à la position de sommeil pendant la journée que pendant la nuit.

« Le but n’est pas ici de faire peur aux parents », note bien le chercheur, « mais d’éliminer les facteurs de risque fortement associés à la mortinatalité. Une fois ces facteurs isolés, nous pourrons alors réduire le nombre de bébés mort-nés ».

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans l’International Journal of Obstetrics and Gynecology .

Source