Replanter de la posidonie permettrait de réduire drastiquement les gaz à effet de serre

herbier de posidonie plantes aquatiques mer fond prairie
Crédits : Damocean/iStock

Sauver les herbiers de posidonie arriverait comme une solution supplémentaire, voire élémentaire, pour lutter contre le réchauffement climatique. Cette espèce de plante aquatique absorberait en effet plus efficacement les émissions de gaz à effet de serre (GES) que la forêt amazonienne.

La posidonie, une plante aquatique méditerranéenne essentielle

La posidonie de Méditerranée (Posidonia oceanica) est une espèce de plante à fleurs aquatiques appartenant à la famille des Posidoniaceae. Cette herbe marine présente plusieurs racines, une tige rhizomateuse et des feuilles rubanées. C’est en automne que la plante produit des fleurs, et au printemps, des fruits flottants.

La posidonie forme des herbiers profonds qui représentent le principal écosystème de Méditerranée, jouant un rôle essentiel dans la protection contre l’érosion. Ces herbiers offrent également un abri et une source de nourriture à de nombreux organismes marins, qu’ils soient animaux ou végétaux, tout en produisant une grande quantité d’oxygène.

phare Méditerranée mer herbier marin poissons
Crédits : Damocean/iStock

Les herbiers de posidonie absorberaient les émissions de GES plus efficacement que les forêts

Grâce au phénomène de  photosynthèse, les prairies de posidonie absorbent et stockent le CO2 (environ 10 millions de tonnes par an sur l’ensemble du bassin méditerranéen), contribuant ainsi à lutter contre le changement climatique. Selon Gérard Pergent, spécialiste en biologie marine, les herbiers de posidonie sont de véritables « éponges à carbone » :

Les posidonies sont des écosystèmes qui fixent et capturent le plus de carbone à l’hectare au monde, davantage même que la forêt amazonienne.

Pourtant, ces vastes prairies aquatiques ont longtemps été ignorées, et les scientifiques estiment que 10 % d’entre elles auraient disparues depuis un siècle (30 % à l’échelle du pourtour méditerranéen) du fait des activités humaines (pollution, mouillage des bateaux de plaisance, chalutage de fond et urbanisation).

Raisons pour lesquelles ces herbiers font l’objet de nombreuses campagnes de mobilisation pour leur protection depuis plusieurs années. Car les prairies de posidonies croissent aussi très lentement (pas plus de quelques centimètres par an), ajoutant un facteur supplémentaire à leur fragilité.

Depuis 2019, plongeurs et scientifiques replantent de la posidonie dans les zones fragilisées par les ancres des bateaux de plaisance dans le cadre du programme Repic (Restaurer la Posidonie impactée par les Ancres), observant un taux de survie de plus de 80 %. Un an plus tard, le préfet maritime de la Méditerranée interdit le mouillage des embarcations de grande plaisance en Corse, dans le Var et les Alpes-Maritimes.

herbier de posidonie prairie mer fond marin plantes aquatiques
Crédits : Damocean/iStock