in

Le pont de Brooklyn et ses mystérieux drapeaux blancs

Crédits : Unsplash / Pixabay

Des drapeaux blancs placés sur les piliers du célèbre pont de Brooklyn remplacent les bannières américaines de rigueur habituellement. Cette présence a suscité depuis le 22 juillet 2014 des interrogations au sein de la population new-yorkaise. Acte politique ? Menace terroriste ? Œuvre d’art ?

« C’est de l’art, dirait-on, pas une capitulation. »  Une du New York Times, 13 aout 2014.

Il semblerait que deux artistes allemands soient à l’origine de cet événement. Mischa Leinkauf et Matthias Wermke insistent sur le caractère artistique de cette action : « les drapeaux, avec des bandes et des étoiles cousues à la main, entièrement blancs, n’ont rien à voir avec un acte terroriste ». Il s’agirait de rendre hommage à « la beauté de l’espace public » et à John Roebling, le concepteur du pont, d’origine allemande et mort le 22 juillet 1869, toujours selon le New York Times « un jour où les drapeaux blancs sont apparus ».

Les deux artistes cherchent à s’expliquer, exprimant avoir été surpris par les réactions au sein de la ville : « Ce n’est pas une déclaration d’hostilité à l’Amérique ». Des remarques sarcastiques sur certains réseaux sociaux ont mis les autorités new-yorkaises dans l’embarras, dans une ville en général très fière de sa sécurité. Depuis ce 22 juillet, on a pu lire sur le blog du magazine The Daily Intelligencer : « Brooklyn se rend », ou encore « désormais totalement garanti sans gluten » sur Twitter.

Les autorités ont tout de suite chercher à« protéger les zones qui pourraient menacer l’intégrité de l’édifice » rapporte le Los Angeles Times ce 23 juillet, suivant les révélations du New York Times. Il semble qu’une enquête a été ouverte et devrait se poursuivre jusqu’à nouvel ordre. Une réaction excessive selon les deux artistes allemands.

La sécurité omniprésente incarnée notamment par les mesures antiterroristes ne contribueraient elles pas à créer un fossé culturel ?

Source : Courrier International