in

Les poissons rouges relâchés par les particuliers font des ravages dans la nature

Crédits : City of Burnsville / Twitter

Une ville de l’état du Minnesota (États-Unis) fait face à un problème qui prêter à sourire au premier abord. Des particuliers relâchent leur poisson rouge dans des points d’eau où ils prospèrent et deviennent de véritables “monstres” ! Seulement, voilà, leur caractère invasif est loin d’être négligeable et inquiète les autorités.

Petit poisson deviendra gros

Le poisson rouge ou carassin doré (Carassius auratus) est un animal domestique présent dans des millions de bocaux et aquariums aux quatre coins du globe. Plutôt insignifiant en termes de taille, ce poisson peut pourtant devenir bien plus imposant comme l’explique CNN dans un article du 14 juillet 2021. Il faut dire qu’à l’âge adulte, le carassin doré peut atteindre une longueur comprise entre 15 et 47 cm. De petits poissons rouges devenant des “monstres”, voici ce qui est récemment arrivé à Burnsville, Minnesota (États-Unis). Dans un tweet posté le 9 juillet, la ville a communiqué à propos d’un problème impliquant la population.

Les autorités implorent en effet les citoyens de ne pas relâcher leur poisson rouge dans les étangs et autres lacs. Bien que très peu étudiés, nous savons que les poissons rouges peuvent survivre à de faibles niveaux d’oxygène durant l’hiver. Ces derniers deviennent alors invasifs, imposants et destructeurs. Ils déracinent les plantes et soulèvent les sédiments du fond, contribuant à la mauvaise qualité des eaux. Les images publiées par la ville de Burnsville sont édifiantes (voir ci-dessous).

Les États-Unis envahis par les poissons rouges

Au Minnesota, la ville de Burnsville n’est pas la seule à faire face à ce qui serait un véritable fléau. En effet, le comté de Carver tout proche avait lancé une opération en novembre 2020. Pas moins de 50 000 poissons rouges ont été retirés des lacs. Outre les dommages causés à l’environnement, le problème se répercute aussi sur l’économie. En effet, le comté de Carver avait fait appel à une société dont la facture a été plutôt salée, atteignant les 80 000 dollars.

En réalité, le problème est encore plus grave lorsque l’on observe l’échelon national. Dans une publication, l’US Geological Survey (USGS) rapporte une présence de poissons rouges dans les milieux naturels de tous les états à l’exception de l’Alaska. En 2019, le territoire nordique avait limité la casse en éradiquant une population de poissons rouges qui avait été illégalement introduite dans un étang à Anchorage.

En 2016, nous évoquions déjà ce problème en Australie, plus précisément dans la Vesse River (Nouvelle-Galles du Sud). La température ambiante dépassant souvent les 30°C favorise la prolifération du poisson rouge et certains spécimens mesurent environ 40 cm. Une étude avait montré que ces poissons étaient capables d’adapter leurs mouvements en fonction des saisons et même de parcourir des centaines de kilomètres afin de coloniser d’autres écosystèmes.