in ,

Plus il y a de pollution, plus il y a de criminalité

Crédits : Pixabay / SD-Pictures

La pollution de l’air affecterait plus que notre santé et notre environnement naturel. Une récente recherche montre que ce phénomène, qui influence également notre moral, entraîne la multiplication des comportements transgressifs.

La pollution peut être vue, ressentie, sentie et même goûtée. Elle pique et brouille les yeux, noircit les poumons et raccourcit le souffle. Si elle représente un problème grave qui touche des milliards de personnes dans le monde, la pollution de l’air affecte plus que ça. Malgré le fait que les coûts sanitaires et environnementaux de la pollution de l’air sont bien connus, qu’en est-il des coûts éthiques ? Sans même s’en rendre compte, les gens du monde entier pourraient en effet être psychologiquement touchés. Une récente étude suggère même que la pollution de l’air augmente les comportements jugés contraires à la loi. En d’autres termes, plus il y a de pollution, plus il y a de criminalité.

Pour examiner comment la pollution de l’air influencerait différentes catégories criminelles, des chercheurs ont analysé neuf années de données sur 9 360 villes américaines. Parmi ces catégories figurent notamment le meurtre, le vol, l’agression aggravée et le cambriolage. Après avoir éliminé les différents facteurs qui pourraient expliquer la relation entre la pollution atmosphérique et le comportement hors-la-loi, comme la composition démographique, ou encore les taux de chômage et de pauvreté, les chercheurs ont constaté que des niveaux élevés de pollution de l’air étaient effectivement liés à l’augmentation des comportements criminels, y compris les meurtres, les vols qualifiés, les voies de fait graves et les cambriolages.

Mais alors, pourquoi la pollution de l’air encouragerait-elle de tels actes ? Les chercheurs pensent ici que l’expérience de la pollution pourrait rendre les gens anxieux, et donc plus susceptibles d’adopter ce type de comportements. Des recherches antérieures ont en effet déjà montré qu’un état prolongé d’anxiété pouvait conduire à des attitudes violentes (tels que l’agression) et non violentes (comme tricher pour gagner plus d’argent).

Ainsi la pollution de l’air prédirait l’activité criminelle et le comportement contraire à l’éthique. Lorsque les environnements sont moins pollués, ils sont non seulement plus sains, mais visiblement également plus sûrs. Une raison de plus de nettoyer nos villes.

Source