in

Écoutez les plus vieux morceaux de musique joués par un ordinateur il y a 65 ans

Crédits : Pixabay/Ridderhof

Il y a 65 ans, en 1951 à Manchester, le laboratoire du mathématicien britannique Alan Turing abritait l’ordinateur qui fut le tout premier à jouer de la musique à savoir un medley de trois chansons différentes. L’occasion de nous rendre compte du grand chemin parcouru en seulement quelques décennies. 

Si aujourd’hui, nos équipements informatiques nous offrent des possibilités presque infinies, tel n’était pas le cas, il n’y a encore que quelques années. La musique jouée par un ordinateur en est un exemple, et il faut remonter à l’an 1951 pour qu’un premier ordinateur soit capable, à sa manière, de jouer de la musique. C’était dans le laboratoire du mathématicien britannique Alan Turing, à Manchester, et trois chansons étaient jouées par cet ordinateur : l’hymne britannique “God Save the Queen“, la comptine “Baa Baa Black Sheep” et le classique du jazz de Glenn Miller “In the Mood“.

Cet enregistrement a en réalité été retrouvé il y a quelques années déjà, en 2008, mais il a nécessité une longue et difficile restauration, prise en charge par le professeur de l’université de Canterbury Jack Copeland et le compositeur néo-zélandais Jason Long.

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/284667570″ params=”auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”450″ iframe=”true” /]

Comment ces notes ont-elles pu être jouées par un ordinateur à cette époque ? Grâce à “Baby”, un système informatique avec logiciel intégré inventé en 1948 afin de tester les capacités de la machine, combinée à un programme spécifique mis au point par le professeur Christopher Strachey, l’un des plus grands informaticiens britanniques des années 1950. Les trois morceaux ne sont cependant pas exactement ceux joués par l’ordinateur en ce jour de 1951, mais une version enregistrée, peu après, par une équipe de la chaîne britannique BBC, alors en déplacement à Manchester pour l’occasion.

Sources : british library, slate, mashable