in ,

Plus qu’une simple montre connectée, l’Apple Watch pourrait détecter les problèmes cardiaques

Crédits : William Hook / Flickr

Alors que l’Apple Watch Series 6 devrait voir le jour dans un futur proche, une étude s’est intéressée de plus près à ce wearable. D’après une étude, il se pourrait bien que celle-ci soit plus qu’une simple montre connectée.

Détecter la fibrillation auriculaire

Comme l’explique l’agence de presse Reuters dans un article du 14 novembre 2019, l’Apple Watch est capable de détecter la fibrillation auriculaire. Il s’agit de la plus commune irrégularité du rythme cardiaque aux États-Unis.

Dans leur étude baptisée Apple Heart Study et publiée dans le New England Journal of Medicine, les chercheurs de l’Université de Stanford (États-Unis) disent avoir utilisé d’anciennes versions de l’Apple Watch. En effet, il n’était pas question de la dernière version équipée d’un capteur électrocardiogramme (ECG).

L’étude a concerné plus de 400 000 personnes, suivies par les scientifiques durant plus de 8 mois et ce au moyen d’une application dédiée. Au cours de l’étude, les montres ont détecté un pouls irrégulier chez 0,5% des participants. Chez ces personnes, un patch ECG a ensuite été appliqué afin de vérifier l’alerte de la montre. Il se trouve que 34 % d’entre elles présentaient effectivement une fibrillation auriculaire. Pour le Dr. Mintu Turakhia, cardiologue co-auteur de l’étude, ce résultat est positif.

apple watch
Les chercheurs indiquent avoir utilisé d’anciennes versions de l’Apple Watch.
Crédits : Pexels

Un conflit d’intérêt ?

L’objectif de cette étude était de tester le capteur de fréquence cardiaque et l’algorithme des montres Apple Watch. Le Dr. Daniel Cantillon, cardiologue à la Cleveland Clinic, n’ayant pas participé à l’étude, à été invité à donner son avis. L’intéressé estime que la technologie de l’Apple Watch est prometteuse. Toutefois, l’expert rappelle que plus de la moitié des participants avaient moins de 40 ans et représentaient donc un groupe à faible risque de fibrillation auriculaire.

Il faut également savoir que le Dr. Edward W. Campion, rédacteur en chef du New England Journal of Medicine, a lui aussi commenté l’étude dans un éditorial. Selon lui, le fait que les participants devaient posséder à la fois une Apple Watch et un iPhone faisaient d’eux des clients du sponsor de l’étude.

Cette technologie, certes prometteuse, est pourtant loin de faire l’unanimité. Une question se pose néanmoins : la principale préoccupation est-elle d’identifier les malades ou de faire peur aux personnes en bonne santé ? En effet, il faut savoir que durant l’étude, certains participants n’avaient aucun problème et ont tout de même été alertés. Au contraire, d’autres étaient réellement atteints de problèmes cardiaques et n’ont reçu aucune notification.

Articles liés :

L’Apple Watch, ennemie des trypophobes

Ce capteur flexible peut mesurer une multitude de vos données physiologiques !

Ce patch intelligent utilise la transpiration pour évaluer la santé de son porteur