in

La plus grande sculpture romaine de phallus jamais découverte

Crédits : Musée historique de Nueva Carteya

Un énorme pénis en pierre déniché sur un ancien site romain en Espagne pourrait être la plus grande sculpture romaine de phallus jamais découverte. D’après les archéologues, l’organe génital a peut-être été sculpté et exposé pour conjurer le mauvais sort.

À l’époque romaine, des sculptures de phallus étaient souvent affichées à l’extérieur des bâtiments, et autour des fenêtres et des portes. À l’époque, on pensait que le pouvoir fertile de l’organe génital masculin permettait de conjurer le sort. Comme l’a rapporté précédemment Sciencepost, les anciens Romains utilisaient également des amulettes et pendentifs en forme de pénis dans le but d’augmenter leur virilité et leur fertilité.

Lors de récentes fouilles menées sur le site d’El Higuerón, près de la ville espagnole de Nueva Carteya, conquise par les Romains en 206 av. J.-C, des archéologues sont tombés sur un nouvel exemple de sculpture. Le Musée historique de Nueva Carteya, qui dirige les fouilles du site, a partagé la découverte sur Facebook.

Les sculptures de phallus se trouvent couramment sur les sites romains antiques. Cependant, celle-ci dénote en raison de sa taille supérieure à la moyenne. L’organe mesure en effet environ quarante-six centimètres de long.

« Nous recherchons actuellement si un modèle de dimensions comparables a déjà été trouvé, mais il pourrait s’agir du plus grand phallus romain jamais trouvé« , selon Andrés Roldán Díaz, archéologue à l’Université d’Estrémadure en Espagne.

phallus pénis romains
Relief en forme de phallus découvert sur le site d’El Higuerón, à Nueva Carteya. Crédits : Municipalité de Nueva Carteya

Plusieurs dizaines d’exemples

On ne sait pas exactement combien de sculptures de pénis ont été découvertes à ce jour dans les anciennes régions de l’Empire romain, mais selon The Conversation, au moins 92 exemples sculptés ont été déterrés rien qu’au Royaume-Uni. Comme dit plus haut, ces types de sculptures se trouvaient généralement dans les limites et les espaces de transition tels que les murs, les passerelles, les fenêtres et les portes.

« Dans la psyché romaine, ces espaces étaient particulièrement exposés aux dangers surnaturels, car les lieux de rencontre et de croisement sont les lieux où les gens interagissaient naturellement« , écrit Adam Parker, doctorant à l’Open University au Royaume-Uni. « On pensait que les forces malignes du mauvais œil y étaient particulièrement puissantes. Le mauvais œil est une ancienne incarnation de la malchance et des circonstances peu propices et a été représenté comme un grand œil humain qui ne cligne pas des yeux dans les sculptures, les mosaïques et l’art à travers l’Empire romain« .

Ces représentations phalliques n’étaient cependant pas toujours créées pour de « bonnes » intentions. En mai dernier, des chercheurs ont en effet mis au jour une dalle de pierre ornée de graffitis de pénis associés à une insulte explicite dans un fort romain, près du mur d’Hadrien. D’après l’équipe, elle aurait été gravée par des soldats pour faire honte à un autre frère d’armes.