in

La plus grande enquête numérique de l’Univers visible désormais accessible

Crédits : Flickr

La plus grande étude jamais faite du ciel nocturne est désormais accessible au public. Le projet Pan-STARRS représente environ un demi-million de clichés composites du ciel nocturne capturés depuis Hawaï à télécharger gratuitement pour tous ceux qui veulent explorer l’espace tranquillement installés dans leur fauteuil.

Pan-STARRS (acronyme de Panoramic Survey Telescope And Rapid Response System) est un projet de relevé astronomique qui effectue de l’astrométrie et de la photométrie d’une grande partie du ciel quasiment en continu. En détectant toute différence par rapport aux observations précédentes des mêmes zones du ciel, les astronomes espèrent ainsi découvrir un très grand nombre de nouveaux astéroïdes, comètes, étoiles variables et autres objets célestes. Sa mission principale est de détecter les objets géocroiseurs qui pourraient provoquer des impacts cosmiques, mais il est également prévu de créer une base de données comprenant tous les objets visibles depuis Hawaï (soit environ les trois quarts du ciel). Et pour les passionnés, certaines données sont désormais accessibles en téléchargement.

« Les enquêtes Pan-STARRS1 permettent à quiconque d’accéder à des millions d’images et de fréquenter la base de données de catalogues contenant des mesures de précision de milliards d’étoiles et autres galaxies », se réjouit Ken Chambers, directeur des Observatoires Pan-Starrs. « Avec cette version, nous espérons que chaque scientifique, étudiant ou même utilisateur occasionnel dans le monde entier pourra faire de nouvelles découvertes sur l’Univers grâce à la richesse des données collectées par Pan-STARRS ».

Le premier télescope de Pan-STARRS, appelé PS1, situé au sommet du Haleakalā à Maui, a été mis en service le 6 décembre 2008 sous la responsabilité de l’université d’Hawaï. Depuis, Pan-STARRS utilise quatre télescopes de 1,8 m qui pointent dans la même direction : les données sont alors comparées pour éliminer tous les défauts, des pixels défectueux aux rayons cosmiques. Les images sont ensuite additionnées pour donner l’équivalent d’un télescope unique de 3,6 m. L’un des télescopes est même équipé de la plus grande caméra numérique jamais construite et enregistre presque 1,4 milliard de pixels par image. C’est l’appareil photo numérique le plus puissant jamais construit (pour le moment).

Avec une telle résolution, chaque image capture un coin de ciel qui équivaut à environ 36 fois la surface de la Lune vue de la Terre. De nouvelles photos ont été prises toutes les 30 secondes pendant quatre ans, chaque image mesurant au moins 2 gigaoctets. La collecte globale pèse quant à elle environ 2 pétaoctets (ou 2 000 téraoctets soit 2 millions de gigaoctets). Pour les scientifiques, cela équivaut à environ 1 milliard de selfies ou 100 fois la teneur totale de Wikipedia.

Source