in

Quel est le plus grand groupe d’animaux jamais enregistré sur Terre ?

animaux oiseaux oiseaux
Crédits : rihaij/pixabay

Les chercheurs estiment à 7,77 millions au total le nombre d’espèces animales, dont près d’un million (seulement) a été décrit et classé. Parmi elles, beaucoup ne connaissent pas la solitude, préférant vivre en groupe, essaims ou autres troupeaux. Une question se pose alors : quelle est la plus grande concentration d’animaux jamais enregistrée sur Terre ?

L’ornithologue Noah Strycker s’est posé la question il y a quelques années alors qu’il contemplait l’un de ces magnifiques murmures d’étourneaux danser dans le ciel du soir de sa région. Il découvrit plus tard qu’un murmure moyen abrite environ un million d’oiseaux, mais ce n’est rien à côté d’autres espèces. Le chercheur propose quelques éléments de réponse dans son livre intitulé « The Thing with Feathers: The Surprising Lives of Birds and What They Reveal About Being Human ».

Plusieurs prétendants

Les étourneaux sont peut-être nombreux, mais ils sont facilement dépassés en nombre par les manchots à jugulaire (Pygoscelis antarcticus). Ces derniers sont en effet capables de former des groupes composés d’au moins deux millions d’individus sur les îles Sandwich du Sud, au large de l’Antarctique.

Eux-mêmes se placent cependant loin derrière le Travailleur à bec rouge (Quelea quelea), capable de se rassembler en groupes uniques de plusieurs millions, voire de plusieurs dizaines de millions de spécimens dans les savanes et les prairies d’Afrique subsaharienne.

Le cas de la tourte voyageuse ou pigeon migrateur est encore plus impressionnant. Un rassemblement en 1866 se serait en effet étendu sur plus de 1,6 km de large et 482 km de long. Sur la base du nombre de pigeons par kilomètre carré, on avait alors estimé le nombre d’oiseaux à plus de 3,5 milliards d’oiseaux. Chez les oiseaux, cette espèce aujourd’hui décimée détient probablement le record. Toutefois, il n’y a pas que des oiseaux sur Terre.

Côté mammifères, certaines espèces migratrices comme les antilopes et les gnous peuvent se rassembler en troupeaux dépassant le million d’individus. Leurs cousins ​​mammifères ailés font mieux. Au Texas, une seule grotte abriterait en effet plus de vingt millions de chauves-souris mexicaines à queue libre (Choeronycteris mexicana).

Dans l’océan, il existe des enregistrements d’espèces de poissons, en particulier le hareng de l’Atlantique, qui se rassemblent dans des bancs dépassant les quatre milliards de spécimens.

Le hareng et le pigeon migrateur ont donc des groupes ou bancs particulièrement imposants, mais ils font pâle figure face à certains insectes ravageurs.

poissons animaux
Crédits : joakant/Pixabay

Criquets et fourmis

En Afrique de l’Est, plus tôt cette année, un voile d’insectes avait balayé le ciel, formant une masse imposante s’étendant sur près de 2 400 km carrés. Cet essaim était composé de criquets pèlerins (Schistocerca gregaria). L’espèce apparaît sporadiquement en grand nombre en Afrique de l’Est et du Nord. Elle est également présente dans certaines parties du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud.

Au cours de cet événement particulier, le plus grand observé dans la Corne de l’Afrique en vingt-cinq ans, les experts avaient estimé à cinquante millions le nombre de criquets par un kilomètre carré. Autrement dit, cela signifie que ce seul essaim aurait pu contenir plus de deux cents milliards de spécimens. Pas étonnant pour une espèce capable d’augmenter jusqu’à vingt fois sa population en l’espace de trois mois.

Il s’agit ici d’un nombre très impressionnant. Cependant, l’histoire suggère que ces essaims pourraient devenir beaucoup plus imposants encore. En 1875, un météorologue amateur du nom d’Albert Child avait ainsi rapporté l’observation d’un essaim de criquets des Rocheuses, une espèce aujourd’hui disparue, s’étendant sur une superficie de 512 800 km carrés. Un tel essaim aurait alors pu contenir non plus des centaines de milliards de criquets, mais plusieurs billions.

criquets pellerin animaux
Un essaim de criquets. Crédits : capture YouTube / Times of India

Saurons-nous vraiment un jour ?

Il existe un dernier candidat au titre. En réalité, tout dépend de ce que vous entendez par le mot « groupe ». Involontairement introduite d’Amérique du Sud en Europe il y a environ cent ans, la fourmi d’Argentine (Linepithema humile) aurait en effet formé la plus grande colonie continue connue au monde : un mastodonte s’étendant sur plus de 6 000 kilomètres sous les côtes espagnoles, françaises et européennes. Le tronçon est composé de plusieurs centaines de nids capables de contenir plusieurs des milliards de fourmis chacun.

Il est donc probable que l’ensemble du système en contienne collectivement plusieurs billions. Cependant, arriver à une estimation plus précise paraît impossible compte tenu de la difficulté à compter le nombre de ces insectes.