in

Découverte du plus grand cratère de la Terre âgé de moins de 100 000 ans

Crédits : Lauren Dauphin

De nouvelles recherches publiées dans la revue Meteoritics & Planetary Science confirment l’origine extraterrestre d’un cratère situé dans la province du Heilongjiang, en Chine. Avec 1,85 km de diamètre et plus de 300 mètres de profondeur, il s’agit du plus grand d’impact creusé sur Terre au cours des 100 000 dernières années.

Un « nouveau » cratère en Chine

Toute roche spatiale de plus de vingt-cinq mètres de diamètre peut franchir l’atmosphère terrestre. Au cours de l’histoire de notre planète, plusieurs ont d’ailleurs réussi à se frayer un chemin. On dénombre aujourd’hui près de deux cents cratères d’impact connus. Sur cet échantillon, la plupart ont atterri en Amérique du Nord (32%), en Europe (22%) et en Asie (16%, Russie comprise) il y a plusieurs dizaines de millions d’années.

Certaines dépressions sont en revanche beaucoup plus jeunes, âgées de seulement quelques dizaines de milliers d’années. En juillet 2021, une équipe a ainsi confirmé l’origine météorique de l’un de ces cratères situé dans la province du Heilongjiang, dans le nord-est de la Chine.

D’un diamètre d’environ 1,85 km, il s’est probablement formé il y a environ 46 000 à 53 000 ans, sur la base de la datation au radiocarbone du charbon de bois et des sédiments lacustres organiques prélevés sur le site. Il s’agirait ainsi du plus grand cratère d’impact « récent » connu sur Terre (moins de 100 000 ans). Le Meteor Crater, en Arizona (1,2 km de diamètre, formé il y a 49 000 à 50 000 ans) détenait auparavant ce record.

Le tiers sud du cratère est manquant, lui conférant une forme de croissant. Selon Chen Ming, de l’Institut de géochimie de Guangzhou et coauteur de l’étude, de tels cratères d’impact sont relativement rares sur Terre.

cratère
Les restes érodés du cratère d’impact du Yilan dans la province du Heilongjiang. Chen Ming et coll. 2021.

Une roche de 100 m de large

Les spécialistes soupçonnaient déjà que cette « colline », retrouvée dans une zone densément boisée des montagnes Xing’an, était un bord de cratère. Plus récemment, des opérations de carottage au centre de la structure ont permis de révéler des preuves géologiques directes de cette origine météorique.

D’après ces analyses, l’intérieur de ce cratère se compose d’une succession de couches sédimentaires de 110 mètres d’épaisseur déposées dans un lac, devenu ensuite un marécage, le tout reposant sur une couche de granite bréchique de 319 mètres d’épaisseur. Cette énorme dalle porte encore aujourd’hui les cicatrices révélatrices d’une frappe de météorite.

Par exemple, plusieurs fragments de roche montrent des signes de fusion et de recristallisation lors de l’impact, le granite s’étant rapidement réchauffé, puis refroidi. D’autres fragments ayant échappé à ce processus de fusion présentent également des minéraux ayant reçu un choc comme des cristaux de quartz affichant un motif distinct de fissures planes parallèles. Nous savons aujourd’hui que ces « empreintes » sont le résultat d’ondes de choc traversant le substrat rocheux.

Enfin, l’équipe a également découvert des fragments de verre en forme de larme et des morceaux de verre percés de minuscules trous réalisés par des bulles de gaz. Là encore, ces deux caractéristiques témoignent d’un impact de haute intensité.

D’après les chercheurs, la roche responsable de ce trou creusé dans la terre mesurait environ cent mètres de large.

Rappelons enfin que le seul autre cratère d’impact confirmé en Chine est le cratère Xiuyan, dans la province du Liaoning. Il mesure environ 1,8 km de diamètre. En revanche, son âge est inconnu.