in

Plus de 100 nouveaux amas ouverts découverts dans la galaxie

Nébuleuse de la Rosette. Crédit : NASA/CHRIS hETLAGE

Une équipe d’astronomes chinois annonce avoir identifié plus d’une centaine de nouveaux amas d’étoiles ouverts dans la Voie lactée en analysant les données du satellite Gaia. Les étudier en détail pourrait être crucial pour améliorer notre compréhension de la formation et de l’évolution de notre galaxie. La découverte a été présentée le 21 décembre dernier sur le site de préimpression arXiv.

Qu’est-ce qu’un amas ouvert ?

Les amas ouverts, formés à partir du même nuage moléculaire géant, sont des regroupements d’environ 100 à 10 000 étoiles de même âge liées entre elles par la gravitation. Ces structures sont essentiellement observées dans la Voie lactée, dans les deux Nuages de Magellan et dans la galaxie d’Andromède, qui restent relativement proches. Les plus remarquables sont l’amas des Hyades (constellation du Taureau) ou encore l’amas M45 des Pléiades.

La plupart sont dominés par leurs étoiles géantes bleues qui sont très lumineuses, mais à durée de vie courte. Les astronomes peuvent également estimer l’âge de ces amas en regardant le rapport entre le nombre d’étoiles bleues, jaunes et rouges. Concrètement, plus il y a d’étoiles bleues, plus les amas sont jeunes.

Les étoiles d’un amas ouvert sont initialement très proches les unes des autres, se déplaçant à la même vitesse autour du centre galactique. Elles se laissent finalement disperser par des facteurs externes au bout de quelques centaines de millions d’années. Au bout du compte, ces amas se transforment essentiellement en courants d’étoiles. Leur évolution façonne donc la structure même de la Voie lactée, d’où l’importance de les recenser et de les étudier.

amas ouverts
L’amas M45. Crédits : NASA

Une centaine d’amas, dont plusieurs « triplets »

Jusqu’à présent, on dénombrait environ un millier de ces amas dans la Voie lactée. Une équipe de l’université de Shanghai en a maintenant découvert 101 de plus dans le voisinage solaire (moins de 1 600 années-lumière de la Terre) grâce à deux algorithmes permettant de « déchiffrer » les données du satellite Gaia de l’Agence spatiale européenne. Lancé en 2013, il a pour objectif de déterminer la position, le mouvement et la distance des étoiles de notre galaxie en plus de leurs propriétés physiques. Pour ce faire, il opère autour du point de Lagrange 2 (L2) qui est situé à 1,5 million de kilomètres de la Terre dans la direction opposée au Soleil.

Les astronomes chinois ont également isolé 223 amas ouverts déjà connus. Ces observations ont permis de mettre à jour leurs paramètres.

Parmi les amas ouverts nouvellement découverts, plusieurs d’entre eux sont regroupés par trois, chacun avec une séparation spatiale de moins de 65 années-lumière et des différences d’âge de moins de dix millions d’années. Les astronomes supposent que tous ces « triplets » ont une origine commune. Autrement dit, ils pourraient s’être formés ensemble à partir du même nuage moléculaire.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.