in

Les plus anciennes pailles du monde pourraient avoir plus de 5500 ans

Crédits : Kelvin Wilson

Selon une équipe d’experts, huit longs tubes en or et en argent datant d’il y a environ 5 500 ans découverts en Russie à la fin des années 80 pourraient être les plus anciennes pailles à boire au monde. Elles servaient probablement à siroter de la bière. Auparavant, les chercheurs pensaient qu’il s’agissait de sceptres.

Les plus anciennes pailles du monde ?

En 1987, alors qu’il analysait le contenu de trois compartiments abritant des restes humains dans le cadre d’une excavation d’un monticule près de Maykop, en Russie, l’archéologue Nikolai Veselovsky était tombé sur huit tubes à paroi mince, chacun de plus d’un mètre de long avec une pointe perforée étroite. Tous avaient été placés à la droite d’un individu de haut rang retrouvé enterré dans des vêtements ornés.

Quatre de ces tubes étaient également décorés d’une petite figurine de taureau en or ou en argent. Ces objets, vieux d’environ 5 500 ans, ont finalement été transférés au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, en Russie, où ils sont toujours conservés à ce jour.

Les experts avaient précédemment suggéré que ces tubes puissent avoir été utilisés pour soutenir un auvent utilisé dans le cortège funèbre ou qu’il s’agissait de sceptres. Une équipe d’experts en Russie propose aujourd’hui une autre utilité. Ces tubes étaient en réalité des pailles permettant de siroter une boisson, probablement de la bière, dans une jarre partagée. Un grand récipient retrouvé à proximité du site aurait pu contenir sept pintes pour huit buveurs.

Les chercheurs appuient leur hypothèse par la détection de granules d’orge à l’intérieur de l’une des pailles, en plus de phytolithes de céréales (particules fossilisées de tissus végétaux) et des grains de pollen de tilleul.

« Si notre hypothèse est correcte, ces objets représentent alors la première preuve matérielle de la consommation d’alcool dans de longs tubes, une pratique devenue courante lors des fêtes des troisième et deuxième millénaires av. J.-C. dans l’ancien Proche-Orient« , notent les auteurs dans la revue Antiquity.

Des passoires pour filtrer les sédiments

Il n’aurait pas été surprenant que les Maikop de l’âge du bronze consomment de l’orge fermentée. Cette pratique remonte en effet à plus de 13 000 ans, tandis que des opérations de brassage à grande échelle ont commencé à apparaître en Asie au cours des 5e et 4e millénaires avant notre ère. En plus des traces d’orge, l’idée que les ménages Maikop buvaient de la bière d’orge aromatisée aux herbes et aux fleurs de tilleul est tout à fait plausible.

Toutefois, il convient de souligner que ces restes ne constituent pas une preuve directe de consommation de bière.

pailles
Illustration des huit tubes. Crédits : V. Trifonov et coll., 2022/Antiquity
pailles
Une passoire tubulaire en argent a mis en évidence (2-3) des granules d’amidon d’orge, (4) des grains de pollen d’un tilleul et (5) des phytolithes céréaliers. Crédits : Antiquity

En outre, il est important de noter que les pointes de ces pailles étaient équipées de passoires métalliques. Pour les auteurs, ces structures permettaient probablement de filtrer les impuretés. À cette époque, la bière était en effet plus épaisse et parfois remplie de sédiments. Ces dernières présentent également une ressemblance frappante avec celles trouvées sur les pailles à boire sumériennes. Les anciens Sumériens du 3e millénaire avant notre ère sont en effet connus pour avoir bu de la bière dans des récipients communaux.

pailles
Crédits : V. Trifonov et coll., 2022/Antiquité

Enfin, jusqu’à présent, la plus ancienne preuve de pailles à boire remontait aux 5e et 4e millénaires avant notre ère, selon plusieurs oeuvres d’art identifiées en Irak et à l’ouest de l’Iran. En plus d’être plus anciennes, ces nouvelles pailles ont été retrouvées non pas au Moyen-Orient, mais au nord du Caucase. Leur présence dans la région à cette époque suggère ainsi que cette pratique s’était déjà répandue.