in

Découverte du plus ancien récit en date sur la foudre en boule

Crédits : Wikimedia Commons.

Dans une étude publiée ce 26 janvier par la revue britannique Weather, un physicien et un historien rapportent la découverte du plus ancien écrit en date faisant état du phénomène de foudre en boule. Il détrône le précédent récit britannique de plusieurs siècles, établissant de fait un record pour l’Angleterre, mais également pour le monde dans son ensemble. 

La foudre en boule est l’une des manifestations les plus mystérieuses de l’électricité atmosphérique. Survenant la plupart du temps en présence de phénomènes orageux, elle prend l’apparence d’un orbe lumineuse de quelques dizaines de centimètres de diamètre se déplaçant de façon imprévisible et pouvant s’infiltrer dans les habitations par les cheminées ou les fenêtres.

Pendant longtemps, les scientifiques n’ont pu se pencher sur cette curiosité qu’à travers les chroniques et autres brèves historiques qui en faisaient mention. Si des expériences en laboratoire ont depuis confirmé la réalité de la foudre en boule, cette dernière n’en demeure pas moins mal comprise. Il est par exemple difficile d’expliquer sa durée de vie qui peut atteindre plusieurs minutes selon certains témoignages.

En Angleterre comme dans le monde, il s’agit du plus ancien récit sur la foudre en boule connu à ce jour

Récemment, des chercheurs ont mis au jour un récit latin datant du douzième siècle et décrivant un phénomène analogue à la foudre en boule. Rédigé par le prêtre Gervase de Canterbury, le document rapporte l’apparition d’une substance blanche et sphérique émanant de nuages sombres et tombant sur la Tamise (Angleterre) le 7 juin 1195. Il s’agit de l’observation de foudre en boule la plus ancienne jamais documentée en Angleterre, détrônant de près de 450 ans la précédente datée du 21 octobre 1638.

Extrait du manuscrit de Gervase de Canterbury décrivant sous sa plume latine l’observation d’une foudre en boule le 7 juin 1195. Crédits : Giles E. M. Gasper & Brian K. Tanner, 2022 / Cambridge, Trinity College.

« Les thématiques principales des écrits de Gervase étaient le Prieur de Christ Church de la cathédrale du même nom située à Cantorbéry, ses différends avec les maisons voisines et un archevêque de la cité, ainsi que la chronique des actions du roi et de ses nobles », détaille Giles E. M. Gasper, auteur principal de l’étude. « Cependant, il s’intéressait également aux phénomènes naturels, aux événements célestes, aux signes dans le ciel ainsi qu’aux inondations, aux famines et aux tremblements de terre ».

Selon les chercheurs, la description soignée et précise des diverses éclipses survenues à l’époque fait des écrits du prêtre une source historique crédible pour les phénomènes naturels, dont fait partie la foudre en boule. « Étant donné que Gervase semble être un rapporteur fiable, nous pensons que sa description d’un globe ardent sur la Tamise le 7 juin 1195 a été le premier récit entièrement convaincant de foudre en boule, quel que soit l’endroit », souligne l’auteur principal.