in

Aux États-Unis, 50 % des enfants auraient du plomb dans le sang

Crédits : only_fabrizio / iStock

Dans une cinquantaine d’états des États-Unis, des médecins ont effectué de très nombreux tests sanguins chez des enfants. Or, la moitié de ces enfants avaient des « plombémies détectables » dans leur sang. Comment faut-il interpréter les résultats ?

Des résultats surprenants

Le plomb est l’élément chimique de numéro atomique 82 (Pb), un métal malléable bon marché et très résistant à la corrosion. Néanmoins, il est toxique pour l’homme, et ce, même à faible dose. Il y a quelques mois, nous relations par exemple une vidéo très intéressante s’interrogeant sur la possibilité que le plomb ait peut-être joué un rôle important dans la chute de l’Empire romain en 476 apr. J.-C..

Il faut savoir que même en 2021, le plomb revient parfois dans la lumière. Une étude parue dans la revue JAMA Pediatrics le 27 septembre décrit ainsi les résultats de tests sanguins effectués sur 1,14 million d’enfants de moins de six ans entre octobre 2018 et février 2020. Ceux-ci ont fait l’objet d’une sélection dans une cinquantaine d’états des États-Unis. Selon les résultats, plus de la moitié de ces enfants avaient des « plombémies détectables« .

L’Hôpital pour enfants de Boston, le département d’anesthésiologie, de gestion de la douleur et de médecine périopératoire de l’Université de Miami et Harvey Kaufman, directeur médical principal chez Quest Diagnostics Inc. se disent surpris que la présence de plomb dans le sang concerne autant d’enfants.

carte US plomb enfants
Crédits : Quest Diagnostics Inc. / JAMA Pediatrics

Un lien entre exposition au plomb et pauvreté

L’étude est à relativiser quelque peu dans la mesure où seulement 2 % des enfants de l’étude avaient un niveau de plomb dans le sang jugé élevé. Pour les autres, il ne s’agit pas de grandes quantités. Toutefois, les scientifiques affirment qu’il n’existe aucun niveau d’exposition au plomb qui soit sans danger et ils rappellent qu’il n’y a aucun niveau acceptable, si ce n’est le niveau zéro.

Rappelons également que chez de jeunes enfants en pleine croissance, le plomb peut causer des dommages irréversibles. En touchant le cerveau et le système nerveux, ce métal toxique peut générer des problèmes d’apprentissage, d’élocution, d’audition ou encore de comportement, et ce, à vie. Soulignons que dans la plupart des cas, le plomb se trouve dans les tuyaux acheminant l’eau potable ainsi que dans la peinture des vieilles maisons.

L’étude met en outre en exergue le fait qu’il existe un lien entre exposition au plomb et pauvreté. Aux États-Unis, les vieilles maisons et autres logements les plus exposés au métal toxique abritent en majorité des populations afro-américaines et d’origine hispanique. Par ailleurs, les médecins ont indiqué que des progrès avaient été déjà faits pour éviter l’exposition au plomb pédiatrique, mais que des disparités substantielles au niveau individuel et communautaire persistent toujours.