in

Une planète similaire à Vénus découverte autour d’une planète naine

Crédits : Wikimedia Commons

À l’aide du télescope spatial Kepler, des astronomes de la NASA ont découvert une planète « jumelle » à Vénus, située à 219 années-lumière de la Terre et orbitant autour de Kepler-1649, une étoile à basse température et au diamètre cinq fois plus petit que notre Soleil.

Cette planète se situe assez proche de son étoile et en réalise un tour complet en neuf jours seulement. Cette proximité provoque un flux de lumière intense sur la planète qui est deux à trois fois supérieur au flux de lumière solaire sur notre planète. À titre de comparaison, le flux solaire sur Vénus est d’environ 1,9 fois celui de la Terre.

Dans leur étude publiée dans la revue The Astronomical Journal, les astronomes expliquent que cette découverte va permettre de mieux comprendre la nature des planètes qui orbitent autour des étoiles naines de type M (naines rouges ou naines brunes) qui sont de loin les plus répandues dans l’Univers connu. Bien que ces étoiles sont plus rouges ou plus sombres que notre Soleil, ces nombreuses dernières découvertes d’exoplanètes ont révélé plusieurs cas de mondes de tailles similaires à la Terre entourant une naine M sur des orbites qui les placerait au sein des zones habitables. S’ils ne ressemblent pas à la Terre et à son climat sain, ces mondes pourraient être analogues à Vénus avec des atmosphères épaisses et des températures élevées.

Crédits The Astronomical Journal

L’étude de planètes comme celle-ci, récemment découverte, est « de plus en plus importante afin de comprendre les limites de zones habitables des étoiles naines », explique Isabel Angelo, scientifique à l’Institut SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence). « Il y a plusieurs facteurs comme la variabilité des étoiles ou les effets de marée qui rendent ces planètes différentes des planètes de la taille de la Terre autour d’étoiles semblables au Soleil ».

On dit souvent que Vénus est une sœur de la Terre, mais elle ne l’est pas à bien des égards. Si elle a quasiment la même taille et qu’elle n’est qu’environ 40 % plus proche du Soleil, son atmosphère et sa température sont très différentes de ce qu’il y a sur Terre. Pour trouver de la vie sur d’autres planètes de taille similaire à la Terre, il faudra alors mieux connaître ces territoires. « Beaucoup de personnes veulent trouver d’autres Terres. Mais les analogues à Vénus sont tout aussi importants », explique Elisa Quintana, du SETI et membre de l’équipe responsable du télescope Kepler.