in

Une planète géante en orbite autour de la célèbre étoile Vega ?

Crédits : Stephen Rahn via Wikimedia Commons

Une équipe d’astronomes annonce avoir isolé plusieurs indices indiquant la possible présence d’une planète géante en orbite autour de Vega, l’une des étoiles les plus brillantes du ciel nocturne. Ces résultats, qui restent à confirmer, sont publiés dans The Astrophysical Journal.

Vega est l’étoile la plus brillante de la constellation de la Lyre. Relativement jeune comparée à notre étoile, mais aussi deux fois plus massive, elle se situe à environ 25 années-lumière de la Terre. Jusqu’à présent, nous n’avons découvert aucune planète en orbite autour de cette étoile emblématique. Toutefois, cela pourrait être sur le point de changer.

Vega est une étoile de type A. Les objets qui intègrent cette catégorie ont tendance à être plus gros, plus jeunes et à tourner beaucoup plus vite que le soleil. Vega tourne par exemple autour de son axe une fois toutes les seize heures, tandis que notre étoile complète une rotation sur elle-même en vingt-sept jours terrestres.

Avec un tel rythme, il est alors difficile pour les chercheurs de collecter des données précises sur le mouvement de l’étoile et, par extension, sur les possibles planètes en orbite. Cependant, on peut toujours essayer. Dans le cadre d’une étude récente, l’astronome Spencer Hurt et son équipe de l’Université du Colorado ont ainsi parcouru une décennie de données collectées par l’observatoire Fred Lawrence Whipple, en Arizona.

Pour ces travaux, les chercheurs se sont concentrés sur la méthode de la « vitesse radiale », remarquant de légères oscillations dans le mouvement de Vega étoile qui sont en général causées par le tiraillement gravitationnel d’un monde en orbite. « Si vous avez une planète autour d’une étoile, elle peut la faire osciller d’avant en arrière« , explique en effet Samuel Quinn, qui co-signe ces travaux.

vega
Représentation d’artiste d’une planète nommée KELT-9b, actuellement l’exoplanète la plus chaude connue. Crédits : NASA/JPL-Caltech

Un monde géant et (très) chaud

Résultat, les chercheurs ont isolé un signal indiquant que Vega pourrait héberger l’un de ces mondes. D’après l’étude, il pourrait s’agir d’un « Neptune chaud » ou peut-être d’un « Jupiter chaud » évoluant si près de Vega qu’il en ferait le tour en moins de deux jours et demi. À titre de comparaison, Mercure, qui est la planète la plus proche du Soleil, en fait le tour tous les 88 jours.

Si tel est effectivement le cas, cette planète candidate pourrait afficher des températures de surface en moyenne de près de 3000°C, se classant ainsi comme le deuxième monde le plus chaud connu de la science derrière KELT-9b (visible ci-dessus). Des travaux supplémentaires seront en revanche nécessaires pour confirmer sa présence.