in

Quand une pieuvre n’hésite pas à partir en chasse… sur la terre ferme

Capture vidéo

Abdopus aculeatus est une espèce de pieuvre endémique de l’océan indien particulièrement difficile à observer, ce qui explique le peu de connaissances à son sujet. Nous savons néanmoins deux ou trois choses la concernant et l’une d’elles pourrait vous surprendre.

Les pieuvres sont des animaux extraordinaires. Nous savons qu’elles sont de véritables championnes de l’évasion, qu’elles disposent de trois cœurs ou encore qu’elles peuvent régénérer leurs membres au besoin. Mais ce n’est pas tout et encore aujourd’hui, certaines pourraient encore vous étonner. C’est notamment le cas de cette petite espèce que vous retrouverez dans toute l’Indonésie, aux Philippines et au nord de l’Australie.

Abdopus aculeatus est en effet capable de plusieurs prouesses. Tout d’abord, elle peut se déplacer sur deux tentacules. Cette bipédie, une position de défense contre ses prédateurs, permet à l’animal de se camoufler tout en se déplaçant. Elle se confond ingénieusement avec une algue flottant entre deux eaux et se déplaçant avec le courant. Cette capacité est sans nul doute le résultat d’un raisonnement complexe, ce qui prouve encore une fois que les pieuvres figurent aujourd’hui parmi les animaux les plus intelligents de la planète. Mais ce n’est pas la défense qui nous intéresse aujourd’hui. C’est l’attaque. Car Abdopus aculeatus est en effet non seulement une redoutable prédatrice dans l’eau, son habitat naturel, mais elle est également capable de chasser sur la terre ferme. Et ce sont les crabes qui en font les frais.

Certaines pieuvres se retrouvent en effet parfois piégées par les marées descendantes. Mais ce n’est pas un problème pour cette espèce (la seule à s’être adaptée pour se déplacer sur la plage). Une fois l’océan disparu, de petits îlots d’eau de mer se forment en effet un peu partout dans les environs, piégeant au passage crabes et poissons. Abdopus aculeatus en a visiblement conscience, et n’hésite pas à s’aventurer hors de sa zone de confort à la recherche de petites proies. Cette vidéo de la BBC en est la preuve :

Source