in

Une petite île des Philippines se retrouve littéralement dans l’oeil d’un supertyphon

Crédits : NOAA/NASA CIMSS/SSEC

En route vers Taïwan et la Chine, le typhon Meranti, la plus forte tempête de 2016 à ce jour, a frappé la toute petite île d’Ibayat, aux Philippines, et ses 3 000 habitants. Ce matin du mercredi 14 septembre 2016, la petite île s’est même retrouvée à l’endroit exact de la tranquillité de l’œil du supertyphon.

Avec une superficie de 83,13 km² seulement et une population d’à peine 3 000 habitants, la petite île d’Ibayat aux Philippines a eu le malheur de se trouver sur le chemin du typhon Meranti (ou Ferdie) qui fait route vers Taïwan et la Chine, et qui est classé en catégorie 5. Ces deux pays ont d’ailleurs dû faire évacuer des milliers de personnes après l’alerte rouge lancée, le supertyphon amenant avec lui des vents de plus de 370 km/h.

D’abord frappée par les vents violents et les pluies intenses du typhon, la petite île philippine s’est ensuite retrouvée au beau milieu de l’oeil du supertyphon, dans la tranquillité qui lui est propre, alors que tout autour de l’île, ce sont des rafales s’élevant jusqu’à 215 km/h qui sévissaient. Une image satellite publiée par l’institut d’études météorologiques CIMSS montrant cette situation insolite de l’île fait le tour des réseaux sociaux, de même qu’une autre image publiée par CNN, partagée par l’environnementaliste Bill McKibben avec comme mention : « l’une des images les plus effrayantes jamais vues« .

Si les dégâts et dommages occasionnés sur la petite île rendent compliquée l’élaboration d’un bilan précis, une famille de quatre personnes a été évacuée préventivement, et 16 personnes sont bloquées en mer après leur départ en bateau pour se réfugier sur une île plus au sud. Désormais, les pluies et les vents sont plus modérés, le typhon faisant route vers Taïwan, ou des milliers de personnes ont déjà été évacuées. Au Sud de la Chine aussi on se prépare à de sérieux dégâts, avec notamment des vagues de plus de 13 mètres de haut qui pourraient frapper les côtes pour accompagner des vents de plusieurs centaines de km/h.

 

Sources : time, cnn