in

La Chine dévoile une batterie nucléaire de la taille d’une pièce de monnaie qui dure 50 ans

batterie nucléaire
La batterie nucléaire BV100 ne mesure que 15 x 15 x 15 millimètres, ce qui est plus petit qu’un centime. Crédit image : Betavolt

La start-up chinoise Betavolt a récemment dévoilé une percée technologique majeure avec sa batterie atomique miniature, la BV100. Nous faisons le point sur les informations clés concernant cette innovation révolutionnaire.

Une mini centrale nucléaire

Imaginez la BV100 comme une minuscule centrale électrique. Au cœur de cette centrale, vous retrouverez du nickel-63, un type particulier de nickel. Cet élément radioactif se décompose, ce qui signifie qu’il change naturellement avec le temps. Ce processus de décomposition libère alors de l’énergie. Au lieu de laisser cette énergie se perdre, la BV100 l’utilise alors à son avantage. Elle est en effet pensée de manière à capturer l’énergie libérée par le nickel-63 en décomposition et à la stocker pour alimenter divers appareils.

Entre les couches de nickel-63, la batterie intègre également des feuilles d’un semi-conducteur en diamant monocristallin, dont l’épaisseur est minuscule (seulement dix microns). Cette conception sophistiquée contribue à optimiser l’efficacité énergétique de la batterie.

Pour quelles applications ?

Avec une capacité de stockage de 3 300 mégawattheures, la BV100 affiche une densité énergétique qui dépasse de plus de dix fois celle des batteries au lithium conventionnelles. Cette performance remarquable promet une alimentation constante sur une période exceptionnellement longue. L’un des faits marquants de la BV100 est en effet sa capacité à maintenir sa production d’électricité pendant une période impressionnante de cinquante ans, éliminant ainsi le besoin fréquent de recharge ou d’entretien.

Avec des dimensions de seulement 15 x 15 x 15 mm, cette batterie présente actuellement une puissance de 100 microwatts et une tension de 3 volts. Bien sûr, cette capacité n’est pas encore suffisante pour alimenter des appareils électroniques courants tels que les smartphones. Cependant, elle laisse entrevoir des applications futures.

Betavolt suggère notamment que sous réserve des réglementations, les batteries atomiques pourraient être utilisées par les consommateurs pour alimenter des dispositifs tels que les téléphones portables, offrant une alternative à la recharge fréquente des batteries conventionnelles.

Betavolt batterie nucléaire
Décomposition de la batterie. Crédits : Betavolt

Une batterie « sûre »

La société Betavolt insiste également sur la sécurité de la BV100. La batterie ne génère en effet aucun rayonnement externe et est conçue pour ne pas prendre feu ni exploser en réponse à des stimuli. Cette caractéristique ouvre donc également la voie à des applications médicales potentielles, comme dans les stimulateurs cardiaques et les cœurs artificiels.

Côté calendrier, difficile d’y voir très clair. Nous savons néanmoins que la BV100 est actuellement en phase pilote, avec des plans concrets de production en série. Betavolt envisage également de développer des batteries plus puissantes à l’avenir, tout en explorant l’utilisation de différents isotopes radioactifs pour des applications diversifiées.