L’analyse des fossiles de deux petits reptiles, qui parcouraient l’ancien Brésil il y a environ 235 millions d’années, met en lumière la manière dont les mammifères ont commencé à se développer à la fin du Trias.

Les cynodontes, apparus durant le Permien supérieur il y a environ 260 millions d’années, sont aujourd’hui considérés comme des « reptiles mammaliens », qui auraient donné lieu à tous les mammifères vivants. Leurs descendants se répartissent aujourd’hui en trois grands groupes : les monotrèmes, qui pondent des œufs (comme l’ornithorynque), les marsupiaux dont les femelles ont une poche abdominale (comme le kangourou) et les placentaires, auxquels nous appartenons.

Deux petits crânes et une mâchoire datant d’il y a environ 235 millions d’années et rangés au fond d’un placard depuis 1946 au Musée des sciences de la Terre à Rio de Janeiro, au Brésil, ont récemment été analysés par une équipe de paléontologues. De quoi nous fournir de précieux indices quant à la manière dont les mammifères se sont développés à partir de ces petites créatures.

« Ces nouveaux fossiles nous aident à comprendre plus en détail l’évolution des pré-mammifères, qui ont donné lieu au groupe des mammifères dans lequel nous, les humains (Homo sapiens sapiens) sont inclus » explique Agustín Martinelli, paléontologue à l’Université fédérale de Rio Grande, au Brésil, et principal auteur de cette étude.

Les fossiles de crâne appartiennent à un petit animal d’environ 30 centimètres de long, baptisé Bonacynodon schultziqui, arborait deux canines supérieures exceptionnellement grandes, suggérant qu’il mangeait des insectes. Son nom honore les deux éminents paléontologues à l’origine de sa découverte, José Bonaparte et Cesar Schultz, qui ont tous deux passé leur vie à l’ étude des fossiles du Trias en Amérique du Sud.

Interprétation artistique du cynodontia nouvellement identifié : Bonacynodon schultzi, il y a environ 235 millions d'années. Crédit: Jorge Blanco

Interprétation artistique du cynodontia nouvellement identifié : Bonacynodon schultzi, il y a environ 235 millions d’années. Crédits : Wikimedia/Jorge Blanco, Martinelli AG, Soares MB, Schwanke C

La seconde espèce, découverte à partir de restes d’une mâchoire inférieure, fut baptisée Abdalai Santacruzgnathu, et mesurait la moitié de la taille de B. schultzi, soit environ 15 cm de longueur. La forme de sa mâchoire et la dentition de l’animal rappellent notamment « celles des premiers mammifères », a déclaré Martinelli.

Notons cependant que, même si ces deux créatures ont donné lieu à tous les mammifères vivants, les deux cynodontes nouvellement découverts vivaient des millions d’années avant l’apparition du tout premier mammifère connu : une créature à l’apparence d’une musaraigne qui vécut que Terre il y a environ 160 millions d’années. Néanmoins, ces deux nouvelles espèces nous donnent un aperçu de ce à quoi ressemblaient nos plus vieux cousins à fourrure.

Source