in

La perversion sexuelle, c’est plus fréquent que vous ne le pensez

Capture vidéo 50 nuances de Grey

Une étude a révélé que la perversion sexuelle (aussi connue comme paraphilie) est étonnement très répandue et apparait chez près de la moitié de la population étudiée. C’est ce que des psychologues ont constaté dans une enquête menée auprès plus de 1000 personnes de Québec, au Canada. Près de 50 % des interrogés ont exprimé leur intérêt quant aux activités telles que le fétichisme, le frotteurisme, le masochisme ou le voyeurisme. Environ un tiers des personnes interrogées a également dit avoir eu des expériences sexuelles paraphiliques. Ceux qui se sont engagés dans le masochisme étaient enfin plus susceptibles d’avoir d’autres fétiches.

Le professeur Christian Joyal, psychologue à l’Université du Québec qui a dirigé cette étude a déclaré : « Certains intérêts paraphiliques sont plus fréquents que les gens pourraient le penser, et ce, non seulement en termes de fantasmes, mais aussi en termes de désir et de comportement. L’objectif principal de l’étude était de déterminer les désirs et les expériences sexuelles normales dans un échantillon représentatif de population globale ». Le Professeur Joyal et son équipe ont mené des entretiens téléphoniques avec 1040 personnes du Québec au sujet de leur vie sexuelle. Ils ont constaté qu’il y avait une forte corrélation entre un intérêt pour la soumission sexuelle et un intérêt pour d’autres activités sexuelles. Ceci suggère que le désir de s’engager dans le masochisme est significativement associé à d’autres activités.

allociné
Alors que les perversions sexuelles sont souvent considérées comme inhabituelles, le succès d’un livre comme Cinquante Nuances de Grey qui dépeint le sadomasochisme suggère le contraire. Source image : allociné

Les chercheurs ont été surpris de constater que parmi les huit types de comportements de paraphilie reconnus par les psychologues, quatre d’entre eux semblaient être extrêmement communs. Le voyeurisme a été rapporté pour 35% des hommes et des femmes tandis que le fétichisme était partagé par un cinquième de toutes les personnes interrogées. Quant au masochisme, il a été apprécié par 19% des interrogés contre 26% des personnes interrogées pour le frotteurisme.

Huit paraphilies

L’Association psychiatrique américaine des troubles mentaux énumère huit comportements et troubles paraphiliques et les définit en ces termes :

Voyeurisme : espionnage des autres pendant les activités d’ordre privé

Exhibitionnisme : exposition des organes génitaux

Frotteurisme : le fait de toucher ou de se frotter contre une personne non-consentante

Masochisme sexuel : subir l’humiliation, la servitude et la souffrance

Le sadisme sexuel : infliger l’humiliation, la servitude et la souffrance

Pédophile : intérêt sexuel envers les enfants

Fétichiste : utilisation d’objets inanimés ou intérêt centré sur des parties du corps non-génitales

Transvestisme : besoin de se travestir pour éveiller un intérêt sexuel

journaldemontreal

« En général, il est vrai que les hommes sont plus intéressés par les comportements paraphiliques que les femmes » explique Joyal. « Toutefois, cela ne signifie pas que les femmes ne s’y intéressent pas du tout ». « En fait, les femmes qui déclarent un attrait pour la soumission sexuelle ont des intérêts sexuels plus variés et signalent être plus satisfaites dans leur vie sexuelle. La soumission sexuelle n’est donc pas un intérêt anormal. La paraphilie peut être absolument nécessaire pour certaines personnes afin d’atteindre la satisfaction sexuelle ».

Bien que l’étude publiée dans le Journal of Sex Research n’a été menée qu’au Québec, le professeur Joyal estime que les résultats pourraient également être appliqués à des populations plus larges en Amérique du Nord et en Europe. Il est tout à fait étonnant que 26% des personnes interrogées aient dit avoir un attrait ou s’être déjà adonnés au frotteurisme. Dans de nombreuses régions du monde, ce comportement est devenu un problème majeur dans les trains bondés.

Source: Dailymail