in ,

Dans quelle mesure les nouvelles technologies favorisent-elles la perte de poids ?

Crédits : iStock

En France, près d’un Français sur deux est en surpoids et l’obésité progresse avec pas moins de 17% contre 13% à l’échelle mondiale. Les chiffres sont encore plus impressionnants aux États-Unis où l’on dénombre 42% de personnes obèses. Aussi, aujourd’hui, l’OMS n’hésite donc plus à parler d’épidémie d’obésité. Rappelons toutefois que maigrir efficacement et durablement demande beaucoup d’autodiscipline, un rééquilibrage alimentaire et la pratique d’une activité physique régulière, mettant souvent au passage la santé physique et mentale à rude épreuve. Et si l’utilisation d’outils connectés et des nouvelles technologies permettait d’accompagner et d’améliorer cette perte de poids ? Une étude récente semble en tout cas encourager cette pratique pour permettre un amaigrissement plus efficace.

Les nouvelles technologies, utiles pour une perte de poids ?

Cette étude publiée le 24 février 2021 dans la revue Obesity est partie d’un constat simple. Comme l’explique Michele L. Patel, chercheuse post-doctorat à l’Université de Stanford (Californie, États-Unis) : « les outils numériques en lien avec la santé se sont multipliés au cours de cette dernière décennie ». Aussi, l’étude est la première du genre à s’être demandé dans quelle mesure ces outils s’avèrent utiles pour favoriser la perte de poids. Pour répondre à cette question, la chercheuse et son équipe ont passé en revue 39 études randomisées publiées entre janvier 2009 et septembre 2019 portant sur la perte de poids chez des adultes en surpoids ou obèses.

montre connectée technologies santé poids
Crédits : iStock

Les travaux en question observaient près de 70 types d’autosurveillance numérique, incluant généralement des sites Internet (66%), des applications mobiles (33%), des trackers connectés comme les montres (11%), l’utilisation d’une balance connectée (12%) ou encore des textos (12%). Or, dans plus de 70% des cas, l’utilisation d’outils d’auto-suivi numérique était associée à une perte de poids, notamment lorsque la nourriture consommée, l’activité physique réalisée et le poids étaient relevés. La différence était notamment très notable par rapport aux simples relevés réalisés sur un journal papier.

D’après Patel, cela s’expliquerait par le fait que « les outils numériques offrent une grande portabilité, permettant ainsi aux utilisateurs de les vérifier à tout moment de la journée. Ils rendent aussi le suivi plus rapide et sont moins pénibles à utiliser ». Dans leur méta-analyse, les chercheurs expliquent aussi que de nombreux outils connectés intègrent des bases de données très complètes, permettant ainsi à leurs utilisateurs une meilleure appréhension des informations nutritionnelles associées aux aliments ingérés. Ces outils, notamment dans le cas des bracelets et balances connectés, offrent également souvent un retour individualisé, ce qui améliore leur engagement.

Des résultats encourageants, mais à nuancer

régime perte de poids maigrir mincir
Crédits : PxFuel

Rappelons qu’environ 80 % des personnes qui font des efforts pour mincir reprennent les kilos perdus dans les années qui suivent. D’après cette étude, « l’autosuivi joue aussi un rôle dans le maintien de la perte de poids“. Toutefois, Kathryn M. Ross, doctorante et professeure adjoint à l’Université de Floride qui n’a pas participé à l’étude, pense qu’il faut à présent découvrir comment maintenir le même niveau d’engagement pour l’utilisation de ces outils sur le plus long terme, sachant que la motivation peut diminuer une fois que l’attrait de la nouveauté s’est évanoui.

Ainsi, même si l’étude conclut formellement qu’une « autosurveillance plus fréquente via des outils numériques est associée à une perte de poids plus importante », elle ne manque donc pas de rappeler également qu’« avec le temps, l’autosurveillance devient moins efficace pour perdre du poids, soit parce que l’engagement diminue, soit parce que le taux de perte de poids devient faible ».