in

Perseverance se prépare à prélever son premier échantillon

Crédits : NASA/JPL

Débarqué sur Mars en février 2021, le rover Perseverance se prépare à prélever son premier échantillon de roche. Cet échantillon, et d’autres qui suivront, seront ensuite rapportés sur Terre pour être analysés. L’objectif principal sera de rechercher des traces de vie microbienne passée.

Si les premiers mois de Perseverance sur la surface de la planète rouge ont été consacrés à l’étalonnage de ses instruments et à l’enregistrement des vols d’Ingenuity, le rover est concentré depuis plusieurs semaines sur sa propre mission scientifique visant à rechercher des traces de vie microbienne passée à l’intérieur du cratère Jezero. Et les choses sérieuses vont bientôt commencer. Les équipes de la NASA se préparent en effet à recueillir leur premier échantillon en surface.

Pour cette première mission, Perseverance va se concentrer sur le Crater Floor Fractured Rough, qui présente un substrat rocheux ancien et exposé. Cette étape importante de la mission devrait commencer au cours des deux prochaines semaines, a fait savoir l’agence.

Lorsque Neil Armstrong a prélevé le premier échantillon de la Mer de la tranquillité il y a 52 ans, il a lancé un processus qui allait réécrire ce que l’humanité savait de la Lune“, a déclaré Thomas Zurbuchen, administrateur associé pour la science de la NASA. “Je m’attends à ce que le premier échantillon de Perseverance provenant du cratère Jezero, et ceux qui suivront, feront de même pour Mars. Nous sommes au seuil d’une nouvelle ère de science et de découverte planétaire“.

S’il n’a fallu à Armstrong que 3 minutes et 35 secondes pour collecter ce premier échantillon lunaire, Perseverance aura besoin d’un peu plus de temps : environ onze jours.

mars perseverance
Crédits : NASA/JPL

Préparer le terrain

Pour opérer, Perseverance dispose d’un bras robotique (Robot Arm RA) de 2,1 mètres de long équipé à son extrémité d’un ensemble d’instruments. Vous retrouverez SHERLOC, un laser et un spectromètre ultraviolet visant à déterminer les composants minéraux et organiques des roches cibles, et PIXL, qui combine une caméra et un spectromètre de fluorescence X pour déterminer les éléments chimiques présents à l’intérieur.

Dans un premier temps, le rover effectuera une étude d’imagerie. Au sol, l’équipe de la NASA pourra alors déterminer l’emplacement exact pour prélever le premier échantillon, et un site cible séparé situé dans la même zone.

L’idée est d’obtenir des données précieuses sur la roche que nous sommes sur le point d’échantillonner en trouvant son jumeau géologique et en effectuant une analyse in situ détaillée“, détaille Vivian Sun, du JPL de la NASA. “Sur ce double géologique, nous utiliserons d’abord un foret abrasif pour gratter les couches supérieures de roche et de poussière afin d’exposer des surfaces fraîches et non altérées. Nous les nettoierons puis nous rapprocherons nos instruments scientifiques (nommés ci-dessus)”.

Les instruments SuperCam et Mastcam-Z de Perseverance, tous deux situés sur le mât du rover, seront également déployés. D’un côté la SuperCam tirera son laser sur la surface abrasée pour faire une analyse spectroscopique de son panache résultant, et la Mastcam-Z capturera des images haute résolution.

Ensemble, ces cinq instruments permettront une analyse précise des matériaux proposés par ce “jumeau géologique”.

mars perseverance
Une roche ciblée par Perseverance. Crédits : NASA/JPL

Le prélèvement de l’échantillon

Si les analyses sont concluantes, le rover se “reposera” pendant quelques heures le temps de recharger ses batteries, puis il se chargera de prélever un échantillon de la roche non altérée qui, sur le papier, devrait avoir la même composition que celle étudiée plus tôt.

Pour ce faire, le bras de manipulation d’échantillons de Perseverance devra récupérer un tube d’échantillon, le chauffer, puis l’insérer dans un foret. Le tout sera transféré vers une perceuse rotative à percussion sur le bras robotique de Perseverance, qui percera ensuite le “jumeau” géologique intact, remplissant le tube avec une carotte d’environ la taille d’un morceau de craie.

Le bras de Perseverance déplacera ensuite le foret vers le système de carrousel. Le bras SHA se chargera d’extraire le tube contenant l’échantillon pour le déplacer vers un équipement capable de mesurer son volume et de prendre une image de celui-ci. Le tube sera alors scellé hermétiquement et stocké. La prochaine fois que ce tube sera ouvert ce sera dans une salle blanche de la NASA, probablement au début des années 2030.