in

Perseverance rencontre son premier vrai problème sur Mars

Crédits : JPL/NASA

Il semblerait que Perseverance ait quelques cailloux coincés « dans la gorge ». Le rover, qui a foré et collecté son sixième échantillon de roche il y a quelques jours, n’a en effet pas encore été en mesure de sceller le tube contenant le matériau. Les ingénieurs travaillent actuellement sur le problème.

Depuis son atterrissage en février dernier à l’intérieur du cratère Jezero, le rover américain Perseverance rover a déjà collecté cinq échantillons de roche. Ces derniers (et d’autres à venir) seront rapportés sur Terre au début des années 2030 afin d’être analysés. Les chercheurs espèrent y trouver des traces de vie passée, probablement microbienne.

Cela dit, le 29 décembre dernier, Perseverance s’est attelé à prélever son échantillon numéro six. Pour ce faire, l’équipe de mission avait jeté son dévolu sur une pierre située à proximité du rover nommée Issole. L’opération semblait bien se dérouler. En s’appuyant sur la perceuse à percussion située au bout de son bras robotique de 2,1 m de long, le rover a effectivement prélevé l’échantillon avant de le transférer vers son « carrousel », une structure rotative en forme de roue positionnée sur le châssis du rover à l’intérieur desquels tous les échantillons seront mis sous scellé. C’est alors le véhicule a rencontré quelques problèmes.

Des cailloux coincés dans l’engrenage

Les capteurs du rover ont en effet enregistré une résistance inattendue au début de cette étape, suggérant un éventuel blocage. Il y a quelques jours, l’équipe de la mission a donc demandé à Perseverance de retirer le tube rempli d’échantillon du carrousel et de prendre quelques photos du mécanisme. Ces images ont finalement révélé la présence de plusieurs cailloux, visibles ci-dessous.

mars perseverance
Image acquise le 7 janvier 2022 par la caméra WATSON du rover. Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS

L’équipe de Persévérance travaille désormais sur le problème, en prenant bien soin de se pas se précipiter. « C’est la première fois que nous procédons à un enlèvement de débris, et nous voulons prendre tout le temps nécessaire pour nous assurer que ces cailloux sortent de manière contrôlée et ordonnée« , confirme en effet Louise Jandura, ingénieur en chef pour l’échantillonnage et la mise en cache du rover au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA.

Ce n’est pas le premier défi auquel Persévérance est confronté, mais c’est probablement le plus important. En effet, rappelons que la première tentative d’échantillonnage par le rover Perseverance s’est soldée par un échec, car aucune roche ou poussière martienne n’avait intégré le tube d’échantillonnage. D’après l’équipe de la mission, la roche ciblée était probablement trop molle, s’effritant en morceaux au moment de sa manipulation.