in

Perseverance : la NASA se prépare pour une étape cruciale de la mission

mars perseverance
Une vue sur Mars capturée par le rover Perseverance. Crédits : NASA/JPL

Depuis près de deux ans, le rover Perseverance sillonne le bord ouest du cratère Jezero en carottant des échantillons de roche. Ces derniers seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. L’équipe de mission vient de sélectionner le site de récupération.

La mission de Perseverance doit répondre à une question essentielle : la vie est-elle un jour apparue sur Mars ? Pour le savoir, le rover sillonne le cratère Jezero qui abritait jadis un lac alimenté par un delta de rivière. Le site n’a évidemment pas été choisi au hasard. En effet, sur Terre, les stromatolites, la forme de vie la plus ancienne connue, évoluaient dans ce type d’environnement il y a environ 3,45 milliards d’années.

Pour opérer, Perseverance collecte des roches et des régolithes (poussières brisées) à l’extrémité ouest du cratère et les stocke dans des tubes. Ils seront récupérés lors d’une mission ultérieure pour être rapportés sur Terre en 2033. Pour l’heure, le rover a déjà parcouru plus de douze kilomètres sur Mars et collecté quatorze échantillons. La NASA s’interrogeait toutefois sur l’endroit où laisser ces tubes. Le site choisi devait en effet être suffisamment plat et accessible pour favoriser la récupération des échantillons.

Après réflexion, les équipes de la NASA ont jeté leur dévolu sur une zone baptisée Three Forks. Les premiers échantillons y seront déposés dès le mois prochain, selon un communiqué. Il s’agira d’un moment critique de la mission.

perseverance échantillons
L’emplacement actuel de Perseverance (étoile). Le point de dépôt prévu des échantillons est à droite (Three Forks). Crédits : NASA/JPL-Caltech/Université d’Arizona/USGS

La mission de récupération

Concernant la récupération des échantillons, il est toujours question d’envoyer un atterrisseur sur place d’ici la fin de la décennie. Perseverance sera chargé de remettre les tubes d’échantillons laissés au sol directement sur l’atterrisseur. Deux petits hélicoptères seront également disponibles en cas de problème avec Perseverance. Si tel est le cas, ils se chargeront ainsi de récupérer eux-mêmes les échantillons pour les remettre à l’atterrisseur.

Ces échantillons seront ensuite placés dans une petite fusée d’environ trois mètres de long avant d’être lancés en orbite martienne. Pour opérer, les ingénieurs conçoivent un système de ressort capable d’élancer la fusée avec une inclinaison d’environ 45 degrés dans les airs, celle-ci ne pouvant allumer son moteur directement sur l’atterrisseur. La fusée allumera ensuite son moteur environ une seconde après le lancement.

De là, un autre vaisseau spatial devait saisir le conteneur en orbite martienne pour le rapporter sur Terre. Une fois récupérés, ces échantillons seront transférés vers un laboratoire dédié pour être analysés tout en évitant les risques de contamination. Les scientifiques pourront examiner la géologie martienne. Avec un peu beaucoup de chance, ils pourraient également trouver des microfossiles.