in

Perseverance part en éclaireur pour la mission de retour d’échantillons

son mars
L'instrument SuperCam du rover Perseverance. Crédits : NASA

En plus de sa mission de collecte d’échantillons, le rover Perseverance recherche des sites d’atterrissage susceptibles d’être utilisés par les différents engins déployés dans le but de rapporter ces échantillons de roches martiennes sur Terre. L’une de ces pistes intéresse particulièrement la NASA.

Perseverance explore le cratère Jezero depuis son atterrissage en février 2021. Son objectif principal est de collecter plusieurs dizaines d’échantillons de roche et d’autres sédiments. Ces derniers seront ensuite ramassés en surface et rapportés sur Terre dans le cadre d’une autre mission baptisée Mars Sample Return (MSR). L’analyse de ces échantillons par une instrumentation de pointe pourrait révéler des signes de vie ancienne.

La mission Mars Sample Return prévoit l’envoi de deux atterrisseurs. Le premier sera chargé de livrer un rover dont l’objectif sera de collecter les échantillons laissés en surface par Perseverance. Le second atterrisseur soutiendra le bras robotique chargé de récupérer ces échantillons pour les placer dans une petite fusée, dont l’objectif sera de les placer en orbite. Cette capsule sera ensuite récupérée par un orbiteur de l’ESA et rapportée sur Terre.

La première étape de MSR est déjà en cours. Perseverance a en effet dé carotté, collecté et scellé neuf échantillons de roche martienne à ce jour. Collecté le 6 juillet, le dernier en date est le premier collecté dans l’ancien delta du fleuve du cratère Jezero.

Le choix des sites d’atterrissage

Rappelons qu’il est très difficile de se poser sur Mars en douceur. Aussi, le choix du site d’atterrissage pour ces deux engins sera essentiel. Dans un communiqué, le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA a déclaré que le rover cherchait actuellement plusieurs sites capables d’offrir les conditions idéales pour un atterrissage. Le terrain devra être le plus plat possible. L’absence de grosses pierres (de plus de vingt centimètres) ou de dunes de sable sera également appréciée.

« Plus la vue est plate et sans intérêt, plus ça nous intéresse. Nous aurons beaucoup de choses à faire lorsque nous arriverons sur place pour récupérer les échantillons, mais le tourisme n’en fera pas partie« , souligne Richard Cook, responsable du programme MSR du Jet Propulsion Laboratory.

Les futurs atterrissages de la mission nécessiteraient une parcelle de terrain d’un rayon d’environ soixante mètres carrés. L’équipe a déjà un emplacement en tête. Pour obtenir une image plus rapprochée de ce site, les chercheurs ont utilisé il y a quelques jours les caméras de navigation de Perseverance pour recueillir des images détaillées.

perseverance mars Mars Sample Return échantillons
Le rover Perseverance a utilisé l’une de ses caméras de navigation pour prendre cette image d’un terrain plat sur lequel les chercheurs lorgnent. Crédits : NASA/JPL-Caltech

« Nous surveillions ces endroits depuis avant l’atterrissage de Perseverance, mais les images en orbite ne peuvent pas tout nous dire« , a déclaré Al Chen, ingénieur Mars Sample Return au JPL. « Maintenant, nous avons quelques plans très rapprochés de cette potentielle piste d’atterrissage. Et ces images suggèrent que nous avions raison. Cette piste fera très probablement partie de notre liste restreinte de sites potentiels« .

Pour l’heure, il est toujours prévu que ces deux atterrisseurs soient lancés en 2028. Si tout se passe comme prévu, les échantillons seront rapportés sur Terre en 2033.