Une percée importante dans le domaine de la cryogénisation

cryogénisation
Crédits : yacobchuk / iStock

En Chine, des neuroscientifiques ont réussi pour la toute première fois à ramener à la vie des tissus de cerveau humain cryogénisés. Dans leur étude, les chercheurs ont détaillé une technique révolutionnaire qui permet la cryogénisation sans altérer les fonctions des tissus après la décongélation.

Survivre à la cryogénisation

La cryogénisation (ou cryonie) est une méthode de conservation de cadavres à très basse température (habituellement -196 °C) dans l’espoir qu’un jour, les progrès technologiques puissent ramener ces personnes à la vie. En effet, il est actuellement impossible de refroidir autant un corps entier sans occasionner de sévères dommages. De plus, la toxicité des cryoconservateurs représente un véritable obstacle. Notamment popularisé par la science-fiction, ce procédé n’a ainsi pour l’instant jamais été inversé. Cependant, des neuroscientifiques de l’Université Fudan à Shanghai (Chine) pensent avoir trouvé une solution pour réveiller du tissu cérébral sans le « tuer ».

D’après ces travaux détaillés dans la revue Cell Reports le 13 mai 2024, les chercheurs ont tout d’abord mis en culture durant plusieurs semaines des organoïdes, des fabrications in vitro d’organes simplifiés. Il est ici question de tissus organiques autonomes ensuite été exposés à divers produits. L’objectif ? Déterminer la ou les substances capables de faire en sorte que les cellules survivent à une cryogénisation dans l’azote liquide. Après une journée entière de cryogénisation, les scientifiques ont effectué le décompte des cellules mortes et mesuré la croissance des neurites, autrement dit les branches des cellules nerveuses. Après avoir fait un bilan des organoïdes testés, les chercheurs ont retenu un mélange de composés chimiques à savoir le MEDY : méthylcellulose, éthylène glycol, diméthylsulfoxyde et Y-27632.

cryogénisation
Crédits : anamejia18 / iStock

Un mélange efficace

Le mélange en question a réussi à interférer avec le processus de mort cellulaire induit par la cryoconservation. Ainsi, l’équipe chinoise semble avoir réussi là où de nombreux autres chercheurs ont échoué. Il faut dire que jusqu’à aujourd’hui, la science devait composer avec une notion importante : le stress. En effet, une cryogénisation dans un bain d’azote liquide est stressante pour un tissu cérébral et engendre donc sa mort.

S’il s’agit ici d’une petite révolution, le chemin reste encore très long. Néanmoins, il sera un jour peut-être possible de cryogéniser un cerveau entier avant de le réanimer et de retrouver des fonctionnalités préservées. En premier lieu, ce type de recherche pourrait permettre d’avancer en ce qui concerne la compréhension de certaines maladies neurodégénératives. Néanmoins, il est également évidemment question d’autres applications potentielles relevant encore de la science-fiction. Citons par exemple la possibilité d’hiberner dans l’espace afin de coloniser des mondes lointains ou encore celle de conserver des corps humains sous terre après une catastrophe nucléaire globale.