in

Le Pentagone a avoué l’existence d’un programme d’étude des ovnis

Crédits : iStock

Le département de la Défense américain a tout récemment déclaré qu’un programme d’études sur les observations d’objets volants non identifiés (OVNI) existait bel et bien. Cependant, ce dernier aurait été abandonné en 2012, mais doit-on réellement y croire ?

Le 16 décembre 2017, le New York Times publiait un article incriminant le département de la Défense américain. Comme l’indique le quotidien, sur les 600 milliards de dollars environ alloués à ce département chaque année, plus de 20 millions de dépenses sont « introuvables », alloués à un mystérieux Advanced Aerospace Threat Identification Program (Programme avancé d’identification des menaces aérospatiales).

Depuis 2007, ce programme a rassemblé des documents concernant d’étranges objets volants à grande vitesse (ou en position stationnaire) et sans pilote apparent. Or, les officiels du Pentagone assurent que ce même programme a été abandonné depuis 2012, mais le New York Times n’en démord pas et assure que les enquêtes rapportées par les militaires relatives aux ovnis se poursuivent.

Crédits : PxHere

« Il a été déterminé qu’il y avait d’autres priorités qui méritaient un financement et qu’il était dans le meilleur intérêt du ministère d’apporter un changement » aurait déclaré le Pentagone concernant ce projet instigué par Harry Reid, ancien sénateur démocrate de l’état du Nevada friand de phénomènes inexpliqués.

Il s’avère qu’une majorité du budget alloué à ce programme a été versé à Bigelow Aerospace, une société de recherche aérospatiale dirigée par Robert Bigelow, un ami de Harry Reid, toujours selon le New York Times.

« C’est une question scientifique et de sécurité nationale. Si l’Amérique ne se charge pas de répondre à ces questions, d’autres le feront. Nous n’avons pas les réponses, mais nous avons beaucoup d’éléments pour justifier de se poser des questions » a réagi Harry Reid sur Twitter ce week-end.

Crédits : Harry Reid sur Twitter

L’opinion publique ne porte pas vraiment le Pentagone dans son cœur aux États-Unis, surtout après que Donald Trump eut proposé en février 2017 une hausse historique de l’enveloppe annuelle allouée à la Défense, soit une augmentation de 9% par rapport à 2016 (54 milliards de dollars).

Sources : New York TimesLibérationL’Indépendant