in

Pédophilie : n’importe qui peut maintenant aider Europol à traquer les suspects !

Capture de la plateforme d'Europol

Vous et moi pouvons désormais fournir une aide précieuse aux agents d’Europol, le bureau de police européen. Par le biais de sa nouvelle plateforme en ligne, Europol met à disposition des arrière-plans d’images susceptibles de retrouver les pédophiles.

Europol cherchait un moyen d’être plus performant dans l’appréhension de suspects liés à la pédopornographie en ligne. C’est pour cette raison qu’a été élaborée la plateforme Stop Child Abuse — Trace an Object (en français « Arrêtez l’abus d’enfants, suivez un objet »). Ce site Internet est en réalité une base de photos pédopornographiques mise à disposition des volontaires.

Il s’agit ici de permettre la reconnaissance d’objets situés en arrière-plan des photos, que ce soit un sac plastique, des motifs situés sur des vêtements ou encore des produits de type shampoing. Europol, à la recherche du moindre indice, met donc à contribution n’importe quelle personne pouvant faire avancer les enquêtes.

« Nous cherchons à identifier des éléments précis qui pourraient être uniques dans une région du monde, un pays ou encore une ville ou un village en particulier. », indique Steven Wilson, chef du Centre Européen de Cybercriminalité (EC3).

Par exemple, à propos de ce sac plastique, Europol pose la question suivante : « Savez-vous de quel magasin vient ce sac ? »

(Crédit image : Europol)

Après avoir récolté les informations demandées, Europol aura donc plus de chance de voir aboutir les enquêtes. La création de cette nouvelle plateforme est sûrement la réaction à une hausse des abus sexuels notée l’année dernière par Europol. Il est également possible d’évoquer la hausse du phénomène revenge porn ou vengeance pornographique, dont le but est de partager en ligne les images sexuellement explicites d’un ex-partenaire accompagnées d’informations personnelles.

Enfin, la plupart des échanges de photos pédopornographiques se font sur le Dark Web (ou Web profond) où il est particulièrement difficile d’identifier les protagonistes. Europol désire responsabiliser le public et profiter de l’apport des réseaux sociaux afin de faire passer son message.

Sources : L’Orient Le JourVice News