in

Une peau artificielle capable d' »entendre » avec plus de précision qu’un microphone

Crédits : Iwan Gabovitch/Flickr

Une équipe de chercheurs vient de mettre au point une peau factice capable de « ressentir » températures et vibrations. Elle pourrait même détecter des sons avec plus de précision que le microphone d’un smartphone.

Une peau artificielle arrivera-t-elle un jour à imiter la peau humaine ? Le chemin est encore long, mais il se raccourcit. Des chercheurs de l’université de Stanford (États-Unis) ont fait état de progrès significatifs dans le développement d’un capteur inspiré des mécano-récepteurs cutanés, en créant une peau artificielle inspirée de la structure des crêtes papillaires de nos doigts. Celle-ci serait capable de détecter une pression statique, dynamique, de ressentir la température et de distinguer des textures. Le tout est converti en signal électrique dont l’intensité indique la nuance du stimulus.

Comment ça marche?

En pressant les couches les unes contre les autres, un courant électrique circule à travers l’épaisseur de la peau artificielle [voir schéma]. Ce flux électrique est mesuré par des électrodes et enregistré comme une pression. L’intensité du courant détermine le degré de pression. Pour ce qui est de la température, le dispositif détecte la contraction ou l’assouplissement du matériau sous l’effet du froid ou de la chaleur et le retranscrit également en courant électrique.

© Ulsan National Institute of Science and Technology
Crédits : Ulsan National Institute of Science and Technology

Concernant les sons, les ondes acoustiques provoqueront des vibrations que les « microdomes » convertiront ensuite en signal électrique. D’ailleurs, cette peau artificielle aurait « l’oreille si fine » que les ondes sonores auraient été récoltées avec plus de précision que le microphone d’un smartphone.

Nous ne sommes pas si surpris qu’une peau aussi performante puisse « entendre ». Tout est une question de vibrations, et certaines personnes souffrant de surdité sont même capables d’apprécier la musique au moyen d’un ballon de baudruche entre leurs mains. Tout ceci ouvre néanmoins des perspectives intéressantes pour le développement de prothèses de membres beaucoup plus sensibles.

Source : Futura-sciences