Ce pays, considéré comme le plus écolo du monde, perd sa crédibilité

ville écolo Suède tramway vélos piétons
Crédits : Anna Chaplygina/iStock

Si la Suède est souvent considérée comme l’un des pays les plus écologiques au monde, c’est qu’elle a toujours eu une longueur d’avance en terme de lutte contre le dérèglement climatique. Mais l’arrivée de la droite au pouvoir pourrait bien changer la donne.

La Suède, l’un des pays les plus écolo du monde

La Suède est souvent considérée comme l’un des pays les plus écologiques au monde pour plusieurs raisons. Parmi elles :

  • Leader mondial dans l’utilisation des énergies renouvelables : grande partie de l’électricité générée par des sources renouvelables (hydroélectricité, éolien, biomasse).
  • Engagement environnemental de longue date : politiques environnementales encourageant les initiatives vertes à tous les niveaux de la société.
  • Transports durables : conception des villes incitant l’utilisation de modes de transport de transition (marche, vélo, transports en commun, véhicules électriques, etc.).
  • Réutilisation des déchets : revalorisation énergétique d’une grande partie des déchets nationaux.
  • Sensibilisation à la protection de l’environnement dès le plus jeune âge : les Suédois sont généralement bien informés sur les enjeux environnementaux actuels et attachent une grande importance à la protection de la nature.
ville écolo Suède Göteborg pays nordique
Centre-ville de Göteborg – Crédits : TT/iStock

Göteborg, une ville suédoise souvent considérée comme l’une des plus écologiques du monde

Située à mi-chemin entre Oslo et Copenhague, sur le fleuve Göta älv, Göteborg est la deuxième ville de Suède. Exemple d’urbanisme avec ses nombreux espaces verts, ses lignes de tramway, ses éoliennes et ses bus électriques, les habitants de la métropole restent pourtant attachés aux déplacements en voiture, comme le déplore l’architecte de la ville, Björn Siesjö :

Environ 50% des gens empruntent une voiture pour se rendre sur leur lieu de travail, soit un peu plus qu’à Paris.

Pour inciter les Suédois vivant en périphérie de Göteborg à favoriser les transports en commun, la majorité de gauche décide alors de créer un réseau de trains de banlieue supplémentaire, nécessitant de creuser un tunnel long de 6 kilomètres. Selon le porte-parole de l’administration nationale des transports suédois, ces travaux présentent certes un impact environnemental, mais devraient permettre de réduire drastiquement les émissions de CO2 sur le long terme. Des travaux d’envergure qui rendent les Gothembourgeois de plus en plus sceptiques.

Le nouveau parti politique ne fait plus de l’écologie sa propriété

Le nouveau gouvernement (ndrl: de droite, une première dans un pays historiquement de gauche), installé il y a un peu plus d’un an, ne voit pas l’écologie du même oeil que son prédécesseur. Pour lui, il faudrait plutôt prioriser la santé et la sécurité.

Ainsi, les projets de nouvelles lignes de trains ont été stoppés, et les aides proposées aux Suédois pour favoriser les modes de transport doux, supprimées. Notamment les subventions portant sur le covoiturage, les transports en commun et l’achat d’un véhicule électrique (une aide de 7000 euros, tout de même).

voiture électrique chargement ville
Crédits : Håkan Dahlström/Flickr