in

Pays-Bas : voici la première ferme laitière flottante du monde !

Crédits : capture Vimeo / Eline Wieland

L’agriculture urbaine a plus que jamais le vent en poupe, comme en témoigne la récente apparition d’une ferme laitière flottante aux Pays-Bas, la toute première du genre. Celle-ci sera autonome en électricité, accueillera des animaux et transformera des produits prêts à la consommation sur place.

Présenté pour la première fois en 2016, ce projet de ferme laitière flottante a finalement pris forme cet été dans le port de Rotterdam (Pays-Bas) et devrait être inauguré dans quelques mois. Cette construction accueillera pas moins de 40 vaches de race montbéliarde, dont la production quotidienne de lait se chiffrera à environ 800 litres selon Beladon, la société néerlandaise à l’origine du concept.

Peter van Wingerden, l’ingénieur ayant pensé cette ferme laitière flottante, en a eu l’idée en 2012 à New York après le passage de l’ouragan Sandy. La pénurie de produits frais à ce moment-là a fait réfléchir l’intéressé sur la nécessité d’une production locale (et urbaine) de ce genre de produits.

Presque les trois quarts de la population mondiale vivront sûrement en ville d’ici 2050 – soit 15 % de plus qu’aujourd’hui. De nombreux projets d’agriculture urbaine sortent de terre aux Pays-Bas, en France ou encore en Belgique, mais le manque de place semble se faire sentir. Ainsi, le concept de ferme laitière flottante prend tout son sens, surtout aux Pays-Bas, état habitué depuis des années à gagner du terrain sur la mer.

La ferme Beladon a été pensée pour s’insérer totalement dans l’économie locale et circulaire. En effet, il est question de récupérer les déchets organiques de la ville de Rotterdam afin de produire la nourriture des vaches (fourrage). Aussi, la pelouse tondue des stades et des terrains de golf ou encore les pelures de légumes des restaurants devaient faire l’objet d’une collecte.

Il faut également savoir qu’un atelier situé dans la ferme se chargera de fabriquer des produits à base de lait prêts à la consommation, comme des yaourts et autres fromages. Cependant, la ferme ne s’arrêtera pas là, car il est également question d’atteindre une autonomie énergétique.

En effet, la ferme sera dotée d’une unité de production d’hydrogène par électrolyse, elle-même alimentée par des panneaux photovoltaïques situés sur le toit. Le fumier des vaches sera récupéré pour faire de l’engrais, tout comme l’eau de pluie. De plus, tout sera automatisé ou presque : traite des vaches faite par des robots, réseaux de mini-wagons pour nourrir les animaux, etc. De cette manière, seulement trois personnes devraient être mobilisées pour superviser les opérations.

Source

Articles liés
 :

Les fermes verticales de ces architectes français pourraient représenter le futur de nos métropoles !

La plus grande ferme aéroponique du monde va ouvrir ses portes

Voici les 7 projets de cités flottantes les plus intéréssants