in

Lorsque vos paupières « sautent », le corps veut généralement vous dire quelque chose

oeil
Crédits : Meli1670 / Pixabay

Vos paupières ont tendance à tressauter ou à trembler ? Il s’agit en fait d’un phénomène incontrôlable faisant l’objet d’une documentation complète. On l’appelle le syndrome de fasciculation bénigne, ou myokymie, qui, bien que banal et sans gravité, signifie tout de même que votre organisme a un message à vous faire passer.

De nombreuses causes possibles

« Une myokymie est une sorte de trémulation, tremblement, agitation quasi continuelle d’un muscle, ne s’accompagnant pas de déplacement du membre, ou d’une partie du membre concerné, par la fasciculation », selon Vulgaris Médical.

Également nommée syndrome de fasciculation bénigne, la myokymie au niveau des paupières apparaît lorsque le corps tente de dire stop. Ce « stop » peut concerner la consommation d’alcool, de caféine ou autres drogues. Des substances un peu trop stimulantes, en somme. Cela peut également être lié à une utilisation trop intensive des écrans.

Mais les sauts et tremblements de la paupière peuvent aussi indiquer une grande fatigue ou un stress trop intense. Ainsi, il incombe de se reposer, ralentir le rythme et tenter de réduire son anxiété.

myokymie
Crédits : Barks_japan / iStock

Parmi les moyens permettant d’éviter la myokymie, nous retrouvons par exemple la prise de magnésium, un oligo-élément vital. Néanmoins, il est surtout conseillé d’adopter une alimentation riche en magnésium en consommant par exemple des fruits de mer, des poissons gras, des graines, des noix, des légumineuses, des bananes ou encore, des céréales complètes.

À noter que la myokymie peut également apparaître après une séance de sport, l’activité physique étant l’une des causes les plus courantes. Cependant, la fasciculation des paupières s’arrête habituellement lorsque le corps se repose.

Trouble du comportement ou phénomène d’ordre pathologique

Évoquons aussi d’autres facteurs pouvant engendrer une myokymie, en dehors de la fatigue, du stress et de la prise de certaines substances. En effet, le phénomène peut traduire la présence d’un trouble du comportement, plus précisément un Trouble Involontaire Convulsif (TIC). Dans ce cas, il est important de ne pas paniquer et d’en parler à son médecin traitant en vue d’une possible réorientation vers un spécialiste.

Enfin, si la fasciculation des paupières persiste réellement dans le temps, le phénomène peut être pathologique. Ainsi, il peut être question d’un blépharospasme, un trouble (dystonie focale) dont la cause est souvent inconnue. Parmi les pistes pouvant potentiellement expliquer le blépharospasme, la Science évoque une irritation oculaire, due par exemple à la présence d’un corps étranger dans l’œil ou à une sécheresse de l’œil. Plus rarement, il peut s’agir d’une maladie neurologique telle que la maladie de Parkinson.