in

Passée au scanner, une momie-oiseau se révèle très surprenante

Crédits : Stellenbosch University

Le passage au scanner d’une momie-oiseaux, baptisée du joli nom de SACHM 2375, s’est révélé très surprenant. Embaumée et enveloppée dans les règles de l’art, elle dispose encore de tous ses organes, dont un estomac bien rempli.

Trop rempli, en fait. Conservée au musée Iziko du Cap (Afrique du Sud) où elle a atterri au début du XXe siècle, SACHM 2575 a en effet déconcerté Salima Ikram, de l’Université américaine du Caire, qui décidait il y a quelques jours de faire passer l’animal au scanner pour étudier la composition. Parfaitement momifié, l’animal serait malgré tout pourvu de tous ses organes, généralement ôtés pour éviter la putréfaction, dont un estomac anormalement rempli.

En effet, tout d’abord, les images du scanner ont révélé une queue de souris. Rien d’anormal jusque là, puisque les faucons attrapent et mangent des rongeurs. Sauf qu’en général, ceux-ci les avalent puis régurgitent tout ce qu’ils n’ont pas pu digérer. Dans le cas présent, la queue n’a pas pu descendre jusqu’à l’estomac, et pour cause : celui-ci est plein à ras bord d’une masse de petits os et de matières à moitié digérées. Selon les chercheurs, au moins deux souris ont fini dans l’estomac de l’animal, accompagnées des os et restes de plumes d’un moineau. Anormal pour les chercheurs qui notent qu’en général, ces oiseaux ne se gavent pas et que, quand ils ont chassé trop de proies par rapport à leur appétit, ils les mettent de côté pour les manger plus tard.

N’ayant pu détecter la cause de la mort (aucune trace de fractures), les chercheurs en ont conclu que le rapace avait été nourri de force, gavé, et qu’il se serait étouffé en tentant d’avaler sa dernière souris. Pour l’un d’eux, « SACHM 2575 apporte la première preuve concrète que des rapaces étaient conservés en captivité« , puis gavés avant d’être momifiés. Une manière d’enrichir l’offrande faite à la divinité ?

Source : Lemonde

  • Crédits photo : © Stellenbosch University