in

Connaissez-vous ces 12 parties du corps qui ne nous servent à rien ?

Crédits : Pixabay

Notre corps est une formidable machine et à ce moment précis, des milliers de processus agissent pour nous maintenir alertes et en vie. Mais certaines parties du corps qui avaient à un moment de l’Histoire une utilité pour nos ancêtres ne nous servent plus à rien aujourd’hui. S’il y a encore débat pour certaines, elles sont en tout cas au nombre de douze. 

Les dents de sagesse : Ces dents apparaissent généralement entre 17 et 25 ans, mais une grande partie de la population se voit obligée de se les faire retirer parce qu’il n’y a tout simplement plus de place pour ces dents-là dans la bouche. Nos ancêtres en avaient quant à eux besoin pour la mastication de certains aliments.

Les muscles auriculaires : Ces trois muscles sont situés autour du pavillon de l’oreille. Chez les chiens et les lapins par exemple, ces muscles trouvent une utilité puisque ces animaux bougent leurs oreilles. Les humains n’en voient pas vraiment l’utilité, mais ont en tout cas les muscles pour.

Les amygdales : Les amygdales (ou tonsilles) font partie du système lymphatique, important pour le système immunitaire et la défense contre les germes. Un rôle tellement affaibli qu’elles ne servent plus à rien aujourd’hui. De nombreuses personnes se les font d’ailleurs enlever chaque année et c’est sans conséquence sur la santé.

L’appendice : Cette excroissance rattachée au gros intestin constitue encore un organe que de nombreuses personnes se font enlever. Mais si on a longtemps cru qu’elle ne servait à rien, certains avancent aujourd’hui qu’elle serait utile pour lutter contre certaines bactéries liées à de graves indigestions ou aux diarrhées.

Le tubercule de Darwin : Il s’agit d’un petit pli cartilagineux situé au bord de l’oreille d’environ 10 % des personnes. S’il y a confusion sur sa provenance, pour certains, il aurait pu servir à nos ancêtres de faire pivoter les oreilles ou les refermer sur elles-mêmes.

Les mamelons chez l’homme : Si la fonction des mamelons est évidente chez la femme, il n’en va pas de même chez l’homme. Leur présence s’explique par le fait que tous les fœtus commencent par se développer de la même manière en suivant un modèle féminin.

Le pli semi-lunaire : Il s’agit de ce petit repli rose situé dans les recoins intérieurs de l’œil. Ils n’ont aucune utilité dans notre vision.

Le coccyx : Située au bas de notre colonne vertébrale, cette soudure de quatre vertèbres à la forme triangulaire aurait servi à l’équilibre de nos ancêtres à une époque où ils avaient une forme de queue.

Les sinus : Il y a beaucoup de confusion concernant la raison pour laquelle nous avons encore des sinus, car ils ne sont bons qu’à se remplir de mucus, causer des maux de tête et abriter des infections. Cependant, il y a débat, car certains scientifiques avancent qu’ils servent à réchauffer et humidifier l’air inhalé, qu’ils sont déterminants dans la forme de notre crâne ou encore dans la résonance de la voix.

Les poils : Nos ancêtres avaient besoin des poils du corps pour se protéger et se maintenir au chaud, alors que désormais « nous passons notre temps à essayer de nous en débarrasser », écrit The Independant.

La vésicule biliaire : Cet organe situé juste sous le foie cause beaucoup de problèmes en causant des cancers, des inflammations ou encore des calculs biliaires. En échange, il sert tout de même à stocker de la bile en vue de sa restitution au cours de la digestion.

Le muscle arrecteur du poil : Il s’agit d’un groupe de fibres musculaires situé à la base de chaque poil. Autrefois, il servait à dresser le poil pour sembler plus volumineux et plus grand face aux prédateurs. Mais aujourd’hui…