Mark Pollock, 39 ans, chutait d’une fenêtre en 2014. Partiellement paralysé à partir de la taille, il refait ses premiers pas grâce à un exosquelette.

Mark n’a pas été épargné par la vie. Non-voyant depuis près de 20 ans, il chutait brutalement d’une fenêtre il y a quelques mois. La moelle épinière lésée, il sera partiellement paralysé à partir de la taille. Mais l’homme est un battant. Après être devenu le premier non-voyant à atteindre le Pôle Sud, il effectue aujourd’hui ses premiers pas depuis son accident, bénéficiant d’une nouvelle technique combinant stimulation de la moelle épinière et équipement high-tech.

La machine est signée EKSO Bionics. Quant à la technique, elle consiste à placer des électrodes au niveau de la colonne vertébrale et d’y faire passer un courant électrique. Une stimulation qui aura pour but d’augmenter le niveau d’effort que le sujet peut générer, ainsi que la souplesse des membres inférieurs, dont les mouvements seront plus coordonnés.

L’armature est ici conçue pour favoriser les mouvements volontaires du sujet. Celui-ci n’est alors plus passif, et son système nerveux toujours en alerte. Un « détail » qui a son importance, puisque selon Reggie V. Edgerton, auteur principal de l’étude : « Pour les personnes gravement blessées, mais pas complètement paralysées, il y a toutes les raisons de croire qu’ils auront la possibilité d’utiliser ces types de synergies pour améliorer leur niveau de fonction ».

S’ils n’offrent pas encore une mobilité suffisante pour rendre l’autonomie des patients atteints de lésions de la moelle épinière, ces dispositifs aboutiront d’ici quelques années à des modèles plus légers et plus pratiques pouvant être utilisés par des personnes paralysées.

Sources : IEEES & A