in

Parachute mal déployé : un militaire traverse le toit d’une maison en Californie

Via Twitter

Un soldat anglais vient de survivre à une chute de 4572 mètres en traversant le toit d’une maison, alors que son parachute ne s’était pas complètement ouvert. D’après le Minsitère de la défense britannique, le militaire n’a subi aucune blessure grave.

L’accident à eu lieu le 6 juillet dernier en Californie à Via Cielo, à environ 322 kilomètres au nord-ouest de Los Angeles. Des soldats britanniques, basés à Camp Roberts, effectuaient un entraînement de groupe de sauts HALO (High Altitude Low Opening), une technique de déploiement utilisée pour insérer des troupes et de l’équipement dans des environnements hostiles. Au cours de ces manœuvres, les soldats sont “lâchés” à très haute altitude et n’ouvrent leur parachute qu’à moins de 900 mètres du sol dans le but de minimiser les risques de détection.

Naturellement, ce type d’opération laisse peu de place aux erreurs ou aux dysfonctionnements de l’équipement. Ce fut malheureusement le cas ici. Au cours de cet exercice, le parachute principal ne s’est en effet pas ouvert. Le soldat a tout de même pu déployer son parachute de secours dans le but de ralentir un peu sa descente. Cependant, il n’a pas pu s’ouvrir à temps pour atteindre la zone de point de chute prévue.

Au lieu de cela, le soldat a traversé le toit d’une maison inhabitée au moment de l’accident, avant de se retrouver dans la cuisine. Il s’est alors plaint de grosses douleurs, mais ne souffre d’aucune blessure grave. Le département de police d’Atascadero a détaillé l’incident dans une publication sur Facebook le 7 juillet dernier.

Des accidents rares

Bien que cela puisse sembler impossible, une chute de plus de 4500 mètres diffère en réalité très peu d’une chute de 400 ou 500 mètres. En moyenne, il ne faut que douze secondes à un parachutiste pour atteindre la vitesse terminale (environ 200 km/h) au cours de laquelle il aura parcouru environ 450 mètres. À partir de là, le parachutiste maintiendra une vitesse constante tout au long de sa plongée avant de déployer son parachute pour le ralentir. Les rapports de parachutistes de la Seconde Guerre mondiale soulignent ainsi que des soldats ont survécu à des chutes libres de plus de 6 000 mètres.

Quant à plus la plus haute chute libre sans parachute à laquelle un être humain ait survécu, elle s’est produite le 26 janvier 1972 après qu’une bombe a explosé dans la soute à bagages d’un vol de croisière à plus de 10 000 mètres d’altitude, piégeant Vesna Vulović, l’hôtesse de l’air, à l’intérieur de l’appareil partiellement désintégré. Le fuselage avait finalement heurté le sol près du village de Srbská Kamenice (actuellement en République tchèque). Vesna Vulović a eu les deux jambes et des côtes cassées, une fracture du crâne ainsi que trois vertèbres et le bassin broyés. Elle a également été plongée 27 jours dans le coma et a été hospitalisée seize mois au total avant de souffrir d’amnésie… Mais elle a survécu !