in

Le Pape François chiffre le taux de pédophilie dans l’Église à 2%

Crédits : Casa Rosada / Wikimedia Commons

Le pape a accordé une interview risquée au journal athée La Repubblica dans lequel il aborde des sujets auparavant tabous. François Ier a ainsi expliqué que le taux de pédophilie chez les prêtres, incluant évêques et cardinaux serait de 2% et souhaite s’y attaquer.

Le pape François aurait affirmé que les problèmes récurrents de pédophilie secouant les ordres religieux étaient « la lèpre qui a infecté l’Église ». Il mettrait donc ce problème dans les priorités de l’Église et compterait y répondre « avec toute la sévérité requise ». Dans cette interview, le pape n’hésite pas à aborder les sujets qui fâchent, comme la mafia, les enfants ou le célibat. Désireux de changer la vision qu’ont beaucoup de personnes sur la religion catholique, François Ier fait office d’innovateur dans l’église.

La Repubblica nous rapporte des citations du pape qui semble bien déterminé à changer les choses : « Ces 2% de pédophiles sont des prêtres et même des évêques et des cardinaux. Et d’autres, encore plus nombreux, savent, mais se taisent, ils punissent, mais sans en dire le motif. Je trouve cela intenable et j’ai l’intention de m’y attaquer avec la sévérité requise. (…) Jésus aimait tout le monde, même les pécheurs qu’il voulait racheter en leur accordant le pardon et la miséricorde, mais quand il utilisait le bâton, il le faisait pour chasser le démon qui s’était emparé de cette âme ».

La nouvelle est cependant à nuancer. En effet, dans l’article de la Repubblica, nous pouvons lire qu’un ecclésiastique sur 50 qui serait suspecté de pédophilie. Les chargés de communication de l’Église ont répondu immédiatement, affirmant que si la structure des propos du pape a été gardée et l’esprit laissé intact, la forme et les chiffres ont été modifiés par le journal.

Enfin, le pape promet un changement concernant le célibat des prêtres, mais précise que celui-ci sera long à mettre en place. Il met aussi un point d’honneur à combattre la mafia. Alors, le Pape François Ier est-il prêt à une guerre contre son propre camp, ou s’agit-il simplement de propos pour calmer les esprits ?

>> L’interview complète en italien

Sources : Express, RTBF, Europe 1