in ,

Des pansements d’un nouveau genre élaborés à partir de coquilles d’oeufs

Crédits : Agnali / Pixabay

Accélérer le processus de cicatrisation, réduire les risques d’infection, les axes de travail concernant la recherche et le développement des pansements sont multiples. Une innovation semble prometteuse en la matière, un pansement développé à partir de coquilles d’œufs.

Inspiré d’un vieux remède chinois qui utilise la fine couche de membrane autour des œufs, connue pour accélérer le processus de guérison comme un pansement pour les blessures, un concept de pansement ultra-cicatrisant à base de coquilles d’œufs est actuellement développé par des chercheurs du National Institute for Health Research (NIHR), de la Bradford Royal Infirmary, au Royaume-Uni.

C’est la forte teneur en zinc des coquilles d’œufs qui va permettre de renforcer le système immunitaire et favoriser la régénération des tissus par le biais d’un pansement qui se présente sous la forme d’un patch de 10 centimètres de côté, capable donc d’accélérer la cicatrisation de plaies chroniques (escarres, ulcères diabétiques, etc…).

imgID60809363.jpg.gallery
Le professeur Hussein Dharma / DR

Les résultats, transmis à travers un communiqué de presse, seraient très prometteurs selon le professeur Hussein Dharma et son équipe, qui annonce également un partenariat avec la société norvégienne Biovotec. Ce pansement « coûterait beaucoup moins cher que les produits actuels à base de collagène et son efficacité sur la cicatrisation permettrait un fort taux de guérison » annonce le professeur Dharma. Pour fabriquer un seul de ces pansements, il faudra tout de même compter 7 à 8 coquilles.

« Les plaies chroniques peuvent avoir un impact négatif sévère sur la qualité de vie des patients. Les personnes souffrant d’ulcères ou d’escarres vivent avec la douleur et une mobilité réduite qui résulte souvent en un isolement social » ajoute-t-il. Après des premiers tests expérimentaux concluants, la réelle efficacité du pansement sera testée en 2017 au cours d’essais cliniques menés sur l’homme. S’ils se révèlent aussi concluants, on pourrait voir débarquer ces pansements d’un nouveau genre dans le courant de l’année 2018.

Source : telegraphandargus