in

Insolite : en panne dans le désert, il construit une moto avec les restes de sa 2CV

Crédits : Chameau d'acier

En 1993, le français Emile Leray a vécu une histoire incroyable. En escapade dans le désert marocain, l’homme est tombé en panne avec sa 2CV. Son ingéniosité lui a néanmoins permis de construire une moto avec les restes de son véhicule avant de retrouver le chemin de la civilisation.

Un accident au milieu du désert

Face à une situation de danger extrême, certaines personnes peuvent faire preuve d’une ingéniosité sans faille. L’ingénieur électricien Emile Leray est l’un de ces individus. En 1993, il se trouve au Maroc et entreprend un périple à travers le désert avec sa Citroën 2CV. Toutefois, il heurte un rocher et se retrouve coincé au milieu des étendues de sable.

Emile Leray se demande alors comment il va pouvoir rejoindre le premier endroit habité se trouvant à plusieurs heures de marches. Or, entreprendre le trajet à pied sous un soleil de plomb semble être une très mauvaise idée. Loin de se démonter, l’homme remarque que son véhicule comporte encore trois roues valides. Comme l’ingénieur l’explique sur son site officiel, il décide de transformer son « chameau d’acier », nom que l’on donne à la 2CV en Afrique, en moto.

désert moto 2CV
Crédits : Chameau d’acier

Un exemple d’ingéniosité

Dans un premier temps, Emile Leray désosse complémentent sa 2CV afin de se servir de la carrosserie comme d’un abri de fortune. Ensuite, il se met au travail et parvient à fixer les trois roues restantes au châssis de la voiture et obtient un équilibre suffisant pour rouler au moins quelques heures. Après avoir raccourci le cadre et fixé les essieux, il utilise le parechoc arrière de la voiture en guise de siège. Enfin, Emile Leray place une suspension au niveau de la roue arrière et cale l’allumage au guidon. Ce travail de fourmi lui aura pris pas moins d’une douzaine de jours, et ce, sans perceuse et poste de soudure.

Sur le chemin de la civilisation, plus précisément la petite ville de Tan-Tan, l’homme est stoppé par la police locale. Il écope d’une amende équivalente à 450 euros, car la moto de fortune ne répond pas aux normes de la 2CV. Malgré ce contretemps, l’ingénieur finit par arriver à bon port. Après avoir sauvé sa propre vie, Emile Leray a consacré une partie de son temps à inventer d’autres engins.

En 2006, il effectue un trajet de 6 000 km à travers le Maroc, la Mauritanie et le Mali où il parviendra à transformer sa nouvelle 2CV en bateau. Son objectif était alors de traverser le fleuve Sénégal !