in

Quelle est cette étrange forme circulaire repérée sur Google Earth ?

Crédits : Google Earth

Plusieurs internautes aux yeux d’aigle ont récemment affirmé avoir découvert la présence d’un OVNI posé au fond de l’océan, à quelques pas des lignes péruviennes de Nazca, en analysant les images de Google Earth. En réalité, il ne s’agirait qu’un artefact de données.

Scott Waring, propriétaire du site UFOsightingsdaily.com, est à l’origine de nombreuses rumeurs entourant l’existence de formes vie extraterrestre. Il y a quelques semaines, l’homme s’était illustré en révélant la présence d’une silhouette humaine allongée sur un rocher au milieu du sable sur un cliché pris sur Mars par le rover Perseverance en avril 2021.

« Tout le monde ici sait que j’aime passer au peigne fin les photos de la NASA. Eh bien, je suis tombé sur quelque chose d’unique… quelque chose qui est une preuve à 100% de la vie intelligente. Il y a une personne allongée qui regarde le rover martien de la NASA à une distance sûre« , décrivait-il alors dans une vidéo YouTube.

En réalité, il ne s’agissait que d’une illusion d’optique appelée « paréidolie ».

ovni google earth
Capture d’écran YouTube/ Crédits : Scott Waring / Gigapan / NASA

Plus récemment, Scott Waring s’est de nouveau illustré en publiant la photo d’une caractéristique circulaire d’environ 6,8 kilomètres de diamètre visible à environ 566 km au large de Lima, la capitale du Pérou. Le cercle semble s’élever du fond marin comme une colline ou une montagne. Un lien vers l’emplacement de l’élément sur Google Earth peut être trouvé ici.

Comme vous l’avez déjà deviné, il ne s’agit probablement pas d’une soucoupe extraterrestre ni des vestiges d’une ville perdue depuis longtemps.

ovni google earth
Une étrange structure circulaire repérée sur les images de Google Earth située près des lignes de Nazca au Pérou. Crédits : Google Earth

Une forme fictive

Il est fort probable qu’il ne s’agisse même pas d’une caractéristique physique réelle, mais d’un simple artefact de données. Pour ses cartes, Google Earth utilise  en effet des données provenant de plusieurs sources pour cartographier le fond marin, mais ces dernières ont des résolutions ou des niveaux de détail différents.

La carte du fond océanique est en effet basée en partie sur les données de la Scripps Institution of Oceanography qui utilise des mesures de gravité de satellites pour cartographier les reliefs du fond marin. Pour une cartographie plus détaillée, la société s’appuie également sur des données d’enquêtes sonar embarquées. Ces levés sonar envoient des impulsions sonores vers le fond de l’océan, puis enregistrent les échos pour obtenir une image haute résolution.

Or, il arrive parfois que les mesures approximatives basées sur les satellites et celles du sonar ne concordent pas. Un seul point de données de l’un ou de l’autre peut alors conduire à ce qui ressemble à une pente ou à un creux escarpé. Ici, l’ovni repéré par Waring se trouve au milieu d’une zone analysée justement avec ces deux méthodes. Il est donc très probable que cette forme circulaire ne soit qu’un effet secondaire de cet assemblage.