in

Des outils vieux de 3,3 millions d’années ont été découverts au Kenya

Crédits : iStock

Des pierres taillées ont été découvertes au Kenya et dateraient de… 3,3 millions d’années, soit bien avant le genre Homo. Il s’agirait des plus anciens outils du monde. 

Ces pierres taillées, d’une dizaine de centimètres, ont été découvertes dans des sédiments sur le site de Lomekwi 3, à l’ouest du lac Turkana, au Kenya. Selon la chercheuse Sonia Harmand, de l’université Stony Brook de New York, elles « ne peuvent en aucun cas être le résultat de fractures accidentelles de la roche ». L’étude, publiée dans Nature le 20 mai 2015, explique que ces objets ont 3,3 millions d’années.

« Alors que la communauté scientifique a longtemps supposé que les premiers outils de pierre avaient été fabriqués par le genre Homo, notre découverte montre qu’un autre genre d’hominidé, peut-être une forme d’australopithèque plus ancienne, avait déjà toutes les capacités cognitives et motrices nécessaires à la fabrication d’outils », explique Sonia Harmand. Les plus vieux outils trouvés avaient jusqu’à aujourd’hui 700 000 ans de moins que ceux-ci et le premier Homo est apparu il y a 2,8 millions d’années : il n’est désormais plus considéré comme le premier fabricant d’outils. Mais alors, qui a taillé ces pierres ?

Il semblerait que des ancêtres encore plus éloignés fabriquaient également des outils. Il pourrait s’agir des Australopithèques ou bien du Kenyanthrope Platyops, qui a été découvert à un kilomètre du site où les objets ont été déterrés : il pourrait avoir vécu il y a entre 3,2 et 3,5 millions d’années. Les outils « intentionnellement façonnés », selon Sonia Harmand, pourraient bel et bien avoir été taillés par le Kenyanthrope Platyops.

À quoi servaient ces outils ? Selon la chercheuse, ils étaient probablement utilisés pour découper la viande ou accéder à la moelle des os, mais rien n’est encore prouvé puisque le comportement et le mode de vie de nos ancêtres sont, contrairement à leurs caractéristiques, difficiles à déterminer pour les scientifiques.

Sources : AFP, Nature

– Crédits photo : © MPK-WTAP