in

Les os de primates les plus primitifs jamais découverts

Credits : Johns Hopkins Medicine

Selon une récente étude menée par des chercheurs de l’Université Johns Hopkins et de l’Université de Des Moines, une cache découverte dans une mine de charbon dans l’État du Gujarat, en Inde, semble contenir les os de primates les plus primitifs jamais découverts. 

Les os, appartenant à d’anciens primates arboricoles de la taille de gros rats, représentent un stade très précoce de l’évolution des primates. « Ce sont les os les mieux conservés et les plus primitifs que nous avons des cinq premiers millions d’années de l’évolution des primates, mais il n’y a pas suffisamment de preuves actuellement pour savoir quand ces primates ont atteint l’Inde, ni d’où ils viennent », a déclaré l’un des chercheurs Kenneth Rose, professeur émérite à la faculté de médecine de l’Université Johns Hopkins.

L’évaluation de ces os (25 au total) renforce l’idée que les primates originaires de ce qui est aujourd’hui l’Inde, ont joué un rôle important dans l’évolution très rapide des petits primates, des mammifères en général, incluant les humains, et les grands singes.

« Tous les os de primates trouvés jusqu’à présent dans le monde entier appartenaient clairement à l’un ou l’autre des deux groupes de primates, qui comprennent les strepsirrhiniens et les Haplorhiniens», a déclaré Rose. « Mais la plupart des os retrouvés montrent des caractéristiques telles qu’ils ne font pas clairement partie de l’un de ces deux groupes ». Une analyse qui suggère que ces petits primates représentent un stade très précoce de l’évolution des primates.

Dans cette cache, les 25 petits os sont beaucoup plus primitifs que le plus ancien fossile de primate connu, Teilhardina, qui se figea dans les dépôts au début de l’Éocène, il y a près de 56 millions d’années. Ils sont également plus anciens que le squelette relativement complet de l’Archicebus, récemment découvert en Chine et daté d’il y a environ 55 millions d’années.

Leur analyse, toujours selon le chercheur, suggère que les primates nouvellement découverts sont les descendants proches de l’ancêtre commun qui a donné naissance aux adapidés et aux omomyidés, deux familles de primates qui ont rayonné principalement au cours de l’Éocène, il y a entre 55 et 34 millions d’années.

Source