in

Orques et baleines à bosse s’affrontent au large du Canada

orques baleines à bosse
Crédits : Mollie Naccarato, Sooke Coastal Explorations, PWWA

Plusieurs observateurs ont récemment été témoins d’un violent affrontement entre plusieurs orques et deux baleines à bosse au large de la Colombie-Britannique. La confrontation a duré plusieurs heures, puis le brouillard est arrivé. L’issue de ce combat est inconnue.

La confrontation a eu lieu le 29 septembre dans le détroit de Juan de Fuca, à environ quarante kilomètres à l’ouest de Victoria, en Colombie-Britannique. Les membres d’équipage de plusieurs bateaux d’observation des baleines ont d’abord repéré une quinzaine d’orques visiblement très actives en surface. Très vite, les observateurs ont compris pourquoi. Au milieu de ces « baleines tueuses » se trouvaient deux baleines à bosse.

« Il est très courant pour nous de rencontrer des orques au cours de ces sorties. Il est également très courant pour nous de rencontrer des baleines à bosse« , a déclaré Erin Gless, directrice exécutive de la Pacific Whale Watch Association (PWWA). « En revanche, il est très rare de les observer en plein milieu d’une bagarre« .

Tout au long de la journée, les membres d’équipage ont été témoins de la progression de l’altercation qui a duré au moins trois heures. Au départ, les orques semblaient chasser les deux baleines, mais ces dernières ont également été vues en train de charger leurs assaillantes. Les mammifères ont ensuite été perdus de vue à cause d’un épais nuage de brouillard, de sorte que le résultat de cette rencontre épique reste incertain.

orques baleines à bosse
Crédits : Mollie Naccarato, Sooke Coastal Explorations, PWWA
orques baleines à bosse
Crédits : Mollie Naccarato, Sooke Coastal Explorations, PWWA

Plusieurs spécimens identifiés

Certaines des orques du groupe ont été identifiées comme des individus de trois factions de passage : les T109A, les T233 et les T252. Contrairement aux épaulards résidents, qui restent en grands groupes liés à une zone spécifique, ces orques forment de petits groupes dans des zones plus larges. Elles sont également connues pour être beaucoup plus agressives que les autres orques, se nourrissant principalement de petits mammifères marins tels que les phoques et des marsouins. Cependant, nous savons que des baleines à bosse, notamment des juvéniles, sont aussi parfois ciblées.

Les baleines à bosse, deux femelles, ont également été identifiées par leurs numéros d’étiquette. Il y avait BCX1948, également connue sous le nom de Reaper, et BCY1000, également connue sous le nom d’Hydra. La première est une juvénile de quatre ans connue pour passer l’hiver dans des aires de reproduction au large de Jalisco, au Mexique. La seconde est une adulte connue pour migrer vers Maui, à Hawaï.

Pour l’heure, on ne sait pas si ces deux femelles sont encore en vie. On ignore également s’il s’agissait d’une véritable attaque de prédateurs ou d’une simple guerre de territoire. À ce jour, les navires de la PWWA n’ont jamais observé directement des orques tuant une baleine à bosse dans la mer des Salish. Cependant, les altercations semblent de plus en plus nombreuses en raison de l’augmentation des populations de cétacés dans la région, une conséquence directe de la fin de la chasse commerciale.