Des chercheurs rappellent que les orques chassaient autrefois en compagnie des humains

gravure ancienne pêche bateaux mer
©Cannasue/iStock

Surmédiatisées ces derniers mois du fait de leurs attaques répétées, les orques suscitent une grande appréhension chez les pêcheurs et autres navigateurs. Pourtant, il y a quelques centaines d’années, les mammifères marins auraient chassé aux côtés des humains.

Selon une recherche récente parue dans la revue scientifique Journal of Heredity, une certaine population d’orques aurait chassé en compagnie de baleiniers australiens et de colons européens pendant plusieurs années. Qui est cette mystérieuse espèce, aujourd’hui disparue ?

Le peuple Yuin, une nation de chasseurs de baleines

Les Yuins sont des aborigènes d’Australie vivant sur la côte sud de la Nouvelle-Galles du Sud. La population de cette nation aurait été réduite à moins de 600 personnes au milieu du 19e siècle en raison d’épidémies de variole, de batailles et de propagation de maladies véhiculées par les baleiniers.

L’arrivée des Européens en Australie à partir de la fin du 18e siècle a également eu un impact significatif sur la vie des Yuins, la colonisation entraînant la perte de terres et de ressources pour les peuples autochtones. La région de Twofold Bay se transforma alors en une zone importante pour l’industrie baleinière où les aborigènes trouvèrent du travail comme membres de l’équipage des navires européens ou comme harponneurs.

Aujourd’hui, le peuple Yuin continue de jouer un rôle actif dans la préservation de son patrimoine, tout en s’engageant dans des initiatives de défense des droits des peuples autochtones en Australie.

baleine bleue dessin gravure peinture pêcheur orques
©Hein Nouwens/iStock

Une collaboration surprenante entre orques et baleiniers

Selon les recherches scientifiques récentes, le peuple Yuin aurait chassé les baleines à fanons pendant des générations aux côtés des orques. Selon les écrits de l’époque, les grands cétacés n’auraient prélevé que les lèvres et la langue des baleines tuées dans le cadre d’un accord tacite… Ces documents étudiés par l’équipe de chercheurs anglais et australiens révèlent une collaboration surprenante :

Les orques auraient frappé les eaux pour alerter les baleiniers, conduisant les pêcheurs vers les baleines, parfois en les remorquant avec une corde ou en manipulant la ligne du harpon pour ralentir la baleine prise au piège.

Lorsque les colons européens débarquèrent en Australie, ils profitèrent de la collaboration entre les orques et le peuple Yuin pour développer une importante activité maritime. Cette population d’orques atypiques aurait alors été rebaptisée les Tueurs d’Eden en référence à la ville éponyme. Le squelette de l’une d’entre elle est d’ailleurs conservé dans le musée local de la vallée.

Isabella Reeves, doctorante en charge de l’étude, est convaincue que la relation entre les orques et les aborigènes d’Australie dure depuis des millénaires :

Les épaulards sont des animaux curieux et stratégiques qui savent parfaitement comment obtenir ce qu’ils veulent.

Une population aujourd’hui disparue

Après plusieurs centaines de collaborations avec les humains dans la baie australienne, les orques tueuses d’Eden auraient fini par disparaître en 1930, selon ce qu’indiquent les recherches et les analyses ADN. Les orques évoluant aujourd’hui dans les eaux de Nouvelle-Zélande pourraient toutefois partager un ancêtre commun, bien que la première espèce soit bel et bien éteinte.

orque nager mer eaux aileron
©JolyFive/iStock