in

Orion entame son retour vers la Terre

Orion Lune Artemis 1 Artemis 3
La Terre se profile derrière Orion. Photo prise au 14e jour de la mission Artemis 1. Crédits : NASA

Le vaisseau spatial Orion a quitté son orbite lunaire lointaine ce jeudi soir après avoir allumé son moteur principal pendant 1 minute 45 secondes. Cette nouvelle manoeuvre lui permettra d’effectuer un survol rapproché de la surface lunaire avant son retour sur Terre.

C’est déjà l’heure de rentrer

L’équipe de gestion de la mission Artemis I s’était réunie le 30 novembre dernier pour examiner l’état général de la capsule, donnant finalement son feu vert pour quitter son orbite rétrograde lointaine, où elle se trouve depuis le 25 novembre. Pour ce faire, Orion devait effectuer une nouvelle brûlure de son moteur principal. La manoeuvre s’est déroulée ce jeudi soir à 22h54 (heure de Paris) pendant 1 min 45, note la NASA, augmentant la vitesse du vaisseau d’environ 136 mètres par seconde.

Il s’agissait de l’avant-dernier allumage du moteur principal. Le dernier aura lieu le 5 décembre prochain, alors que le vaisseau se rapprochera à moins de 130 kilomètres de la surface lunaire. Cette manoeuvre engagera alors Orion pour son retour vers la Terre prévu le 11 décembre prochain. La NASA et la marine américaine ont déjà commencé à s’entraîner pour l’opération de récupération qui marquera la fin de la mission Artemis 1.

Entre-temps, le module de service d’Orion, fourni par les Européens, aura permis d’ajuster constamment le cap du vaisseau spatial dans l’espace via ses trente-trois moteurs de différents types. Rappelons que c’est également ce module cylindrique long de quatre mètres de diamètre qui fournira l’électricité, l’eau, l’oxygène et l’azote nécessaires au module d’équipage dans le cadre des futures missions. Des radiateurs et échangeurs de chaleur se chargeront aussi de maintenir une température stable et confortable à l’intérieur de la capsule.

Orion Lune Artemis 1
1er décembre 2022 : une caméra montée sur l’un des panneaux solaires d’Orion prend une photo de la Lune alors que le vaisseau spatial se prépare à quitter l’orbite rétrograde lointaine. Crédit : NASA

Mission réussie

Orion avait été lancé au sommet de l’énorme fusée Space Launch System (SLS) de la NASA le 16 novembre dernier, donnant le coup d’envoi du très attendu programme Artemis. Ce dernier vise à établir une présence humaine permanente près du pôle sud lunaire d’ici la fin de la décennie. Cette première mission était essentiellement destinée à tester à la fois le véhicule SLS et le vaisseau spatial Orion afin de s’assurer qu’ils sont tous deux en état de vol et sûrs pour transporter des équipages humains dans l’espace lointain.

Pour l’heure, Artemis 1 se déroule encore mieux que prévu. La prochaine mission, Artemis 2, sera sensiblement la même, à l’exception près qu’elle transportera deux astronautes autour de la Lune en 2024. La NASA et SpaceX ramèneront ensuite les premiers humains sur la Lune depuis la fin de l’ère Apollo au plus tôt en 2025 dans le cadre de la mission Artemis 3.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.